Accueil Les décideurs Achille Bassilekin III : « Nous avons déjà les bâtiments ...

Achille Bassilekin III : « Nous avons déjà les bâtiments essentiels à la mise en formation »

73
0
Partager
Achille Bassilekin III ,ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’Economie sociale et de l’artisanat

Le ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’Economie sociale et de l’artisanat s’est exprimé après avoir visité la Pépinière nationale pilote d’entreprises d’Edéa.

Vous venez de visiter la Pépinière nationale pilote d’entreprise d’Edéa (PNPE). Quelles sont vos appréciations ?

Je dois d’emblée dire que la réalisation de cet important projet est la manifestation d’une promesse du Chef de l’Etat de structurer notre écosystème entrepreneurial national mais surtout de le doter d’infrastructures de formation, d’incubation pour l’accompagnement de la petite et moyenne entreprise pour que celle-ci puisse éclore. Ce projet qui a déjà permis à l’Etat de mobilisé près de 7 milliards FCFA a été conçu dans le but de faire de l’entreprise un catalyseur de croissance afin d’atteindre l’émergence à l’horizon 2035. Nous sommes venus ici aujourd’hui (6 juin 2019 Ndlr) pour aplanir les petites difficultés qui pouvaient être un obstacle à l’entrée de la première cuvée.

La première cuvée en termes de formation sera hébergée sur ce site dès septembre. Tout a déjà été planifié avec le préfet et les responsables locaux, la cellule de coordination qui a été mise sur pied afin que cette pépinière puisse contribuer au développement socio-économique de notre pays.

La première cuvée comportera combien d’entrepreneur ?

On pense qu’à terme on admettra une vingtaine d’apprenants au départ. Le processus de sélection est imminent et sur cette base on pense que la première cuvée devrait être livrée à l’horizon 2020.

Quels sont les difficultés que vous avez rencontrées jusqu’ici par rapport au démarrage ?

Comme tout chantier, il y a des délais de livraisons qui vont être réglé.  Que ce soit en termes de couverture électrique de l’ensemble du complexe ou en termes d’accès à la fibre optique. Des marchés ont déjà été passés et certains ont commencé à réaliser et je pense que par rapport aux délais contractuels, on est certain que la livraison devrait intervenir assez rapidement de façon à ce que l’atelier lui-même  qui va valider les curricula de formation va déboucher sur la sélection des futurs apprenants.

Pour ce qui est du taux de réalisation du chantier, on est sensiblement autour de 70%. Mais on n’a pas besoin d’avoir l’ensemble des bâtiments entièrement livrés .Nous avons déjà  les bâtiments qui sont essentiels à la mise en formation. On a l’infrastructure de départ à savoir l’incubateur, le restaurant, le dortoir, le centre de simulation etc.

Propos recueillis par Hervé Fopa Fogang à Edéa