Accueil Infrastructures Aviation civile : Le Cameroun signe un accord pour la recherche et...

Aviation civile : Le Cameroun signe un accord pour la recherche et le sauvetage des aéronefs en détresse

31
0
Partager

Il a  été conclu les 27 et 28 septembre 2019 à Montréal au Canada, entre l’Etat du Cameroun, les Républiques du Congo et de Guinée Equatoriale. C’était lors des travaux de la 40ème Assemblée générale de l’OACI.

Indélébile. Voilà ce que l’on pourrait dire de la présence du Cameroun à la 40e Assemblée générale de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Le pays a fructifié sa participation en marge de l’événement qui s’est tenu du 24 septembre au 4 octobre 2019, par  la signature deux accords de coopération en matière de recherche et de sauvetage d’aéronefs en détresse. Ainsi tour à tour, les partenariats ont été conclus d’abord entre Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, ministre des Transports et son homologue de la République du Congo, le 27 septembre 2019, puis avec le ministre de l’Aviation Civile de Guinée Equatoriale, le 28 septembre 2019.

Toutefois, « ces accords définissent les conditions de mise à disposition, de déploiement, d’utilisation réciproque et de coordination, en temps de paix, de moyens de recherche et de sauvetage d’aéronefs se trouvant en situation de détresse dans les territoires des trois Etats », a indiqué la Cameroon civil aviation authority (CCAA). Concrètement, le centre  assurant la direction des opérations, peut solliciter l’assistance de l’autre  centre en cas de détresse d’aéronefs. Et chacun des centres dans le cadre d’une opération SAR, mettra à la disposition de l’autre, les informations relatives à l’Etat de fonctionnement des moyens SAR dont il dispose.

Dans l’avenir, les autorités aéronautiques des trois pays mettront sur pied des  mécanismes de coordination pour une meilleure communication entre les différents centres de recherches et sauvetage. A terme, « cette mutualisation des efforts de la sous-région va certainement apporter un plus dans la quête permanente de la mise aux normes telle que voulue par l’OACI », a laissé entendre la CCAA.

Julie Bilo’o Lindjeck

 

 

Partager