Accueil Economie Cameroun/Ressources naturelles : Le 11ième rapport ITIE attendu en février 2019

Cameroun/Ressources naturelles : Le 11ième rapport ITIE attendu en février 2019

701
0
Partager

Il sera consacré à la gestion et l’exploitation du pétrole, du gaz et des mines au Cameroun en 2016.

Le Conseil d’administration de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) s’est réuni le 18 et 19 décembre 2018, au cours d’une session présidée par le ministre des Finances Louis Paul Motaze. A cette session, deux points essentiels ont figuré à l’ordre du jour. Notamment la mise en place des nouvelles structures  de l’ITIE au Cameroun pour l‘amélioration de la gouvernance et le lancement la conciliation de l’ITIE Cameroun pendant l’exercice 2016.

Concernant la mise en place des nouvelles structures de l’ITIE au Cameroun, la rencontre de deux jours a permis de former les membres du Comité entrée en fonction au remplissage du formulaire de déclaration ITIE 2016 et de désigner les points focaux du secrétariat permanent. Elle a servi au Comité d’apprécier, puis de valider la proposition du conciliateur dont la fixation du seuil de matérialité, le périmètre des entreprises pétrolières, gazières et minières mais aussi, le périmètre des flux et l’écart tolérable, entre autres.

S’agissant du lancement de la conciliation de l’ITIE 2016, l’on apprend que la publication de son rapport sera rendu publique le 21 février 2019. « C’est une étude essentielle pour la préparation du Cameroun à la prochaine validation, qui selon la décision du Conseil d’administration, devrait débuter à compter du 1er janvier 2020 », a relevé Agnès Solange Ondigui, secrétaire permanente de l’ITIE Cameroun.

C’est dire tous les défis qui attendent le Comité de l’ITIE Cameroun dans les tous prochains jours. Selon la secrétaire permanente ces défis sont à deux niveaux. D’abord à très court terme, dit-elle, le Comité prépare la prochaine validation qui débute en 2020. D’ici là et suite à une décision de Berlin, le Cameroun doit mettre en œuvre 14 mesures correctives dans un délai de 18 mois. A ce jour,  près de la moitié de ces mesures a déjà été implémenté.

Ce sera l’un des principaux chantiers du nouveau Comité. Un autre axe majeur du Comité, c’est de s’appesantir sur les chantiers de la norme ITIE. C’est-à-dire le travail normal de mise en œuvre de l’ITIE. « Je voudrais citer la nécessité de divulguer les propriétaires réels des entreprises extractives au Cameroun, d’ici fin 2020. A cela s’ajoute, la nécessité de publier les données sur les nouveaux projets du secteur extractives », a confié Agnès Solange Ondigui.

Landry Kamdem

 

 

Partager