Business

Accueil Business

Affaire Dan Gertler : Afriland First Bank RDC saisit la justice contre Global Witness et PPLAAF

0

L’action pénale a été enclenchée le 1er juillet 2020 auprès du  Procureur de la République près du  Tribunal judiciaire de Paris.  sur le lien pour lire l’intégralité de cet articlehttps://www.ekiosque.cm/journal-261443-Le-Quotidien-de-l’Economie-08-07-2020

 

Evènement : Ya-Fe 2020 se prépare

0

C’est sous un autre spectre que va se tenir la quinzième édition de la fête foraine, Yaoundé en fête (Ya-Fe). Avec son thème Ya-fe 2020 : « on se serre les coudes », les organisateurs voudraient témoigner leur solidarité économique et ludique aux visiteurs à la sortie de la pandémie du nouveau coronavirus.

Du 18 décembre 2020 au 3 janvier 2021, les yaoundéens et autres visiteurs venus d’ailleurs vont vibrer au rythme de Ya-fe Sports Experience, des jeux, de la galerie marchande, restauration et autres animations culturelles.

Le café fait son entrée dans l’industrie de la cosmétique

0
FD002546

Le leader mondial de la création de parfums et d’arômes, le groupe suisse Givaudan vient de mettre sur le marché une huile de café durable pour les soins de la peau, Koffee’Up, aux vertus hydratantes, de protection et anti-âge.

Cette huile haut de gamme a la particularité d’être d’élaborée à partir de café Arabica surcyclé. Un produit développé avec la start-up biotechnologique danoise Kadde Bueno, qui se consacre au surcyclage (upcyling) du marc de café, le transformant en ingrédients actifs et fonctionnels destinés aux cosmétiques.

 

Evaluation : Impact du Covid-19 dans le secteur agricole

0

Au cours d’une réunion de coordination tenue le vendredi 03 avril 2020 à Yaoundé, Gabriel Mbairobé, ministre de l’Agriculture et du développement rural (Minader), faisait déjà savoir que l’épidémie de Coronavirus pourrait bouleverser le système alimentaire et nutritionnel en général et celui du Cameroun en particulier. Les chiffres officiels montrent un impact négatif dans le secteur agricole, du fait de la propagation de la pandémie du Covid-19 sur les 05 premiers mois de l’année courante, malgré un timide rebondissement observé dans certaines autres filières. Les chiffres officiels précisent que l’activité économique connaitra une chute prononcée avec une récession qui pourrait être de l’ordre de 1,7% cette année. Cliquez sur le lien pour lire l’intégralité de notre dossierhttps://www.ekiosque.cm/journal-257121-Le-Quotidien-de-l’Economie-22-06-2020

 

Cameroun : Les entraves à l’épanouissement des entreprises

0

Le chapelet des faiblesses et menaces a été révélé par le Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam), à travers son document Tableau de bord de l’économie, pour la période sous revue.

Le pouls a été pris.  Les chefs d’entreprises ont donné leurs opinions sur l’évolution des activités, au cours du quatrième trimestre 2019. Dans son traditionnel tableau de bord de l’économie, le Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam) a présenté les difficultés auxquelles font face les entreprises.  Entre autres, les problèmes d’énergie, l’insécurité ainsi que les retards de paiement.

12 paramètres ont servi de fil conducteur pour mener l’évaluation sur  le poids des faiblesses internes aux entreprises et des menaces relatives à l’environnement des affaires. Parmi lesquels, les problèmes d’énergie, l’insécurité,  avec la situation des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, et les retards de paiement. Ce tableau constitue selon les chefs d’entreprises « les menaces les plus perceptibles au cours du 4e trimestre 2019 ».

Energie, première entrave au développement des affaires

D’après le document, 75,9% des chefs d’entreprises interrogés au 4e trimestre 2019 considèrent les problèmes d’énergie comme entrave  au développement de leurs affaires. En termes d’importance, 38,64% pensent que c’est un problème très important  et d’autres l’estiment tout simplement  important (27,27%). En second lieu, l’insécurité est pointée du doigt. « En termes d’envergures, l’insécurité se présente comme la seconde entrave la plus ressentie par les chefs d’entreprises depuis 3 trimestres. L’impact de la crise qui sévit dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest a été ressenti de manière très importante ou importante par 76,1% des chefs d’entreprises contre 72% au 3e trimestre ». L’on indique que la proportion était de 80% au 2e trimestre 2019.

Concurrence à 69%

En outre, il y a également des difficultés liées au paiement des factures. En effet, 65,9% des chefs d’entreprises estiment qu’elles ont été un handicap important ou très important pour leurs affaires au cours du trimestre en question. Toutefois, les devises ont aussi été mentionnées sans compter la concurrence qui a été ressentie par 69,3% des chefs d’entreprises.

Julie Bilo’o Lindjeck

 

Camrail met à disposition de nouveaux wagons pour le transport des hydrocarbures

0

Ils sont 42. Les wagons citernes nouvellement acquis par l’entreprise Cameroon Railways (Camrail). Le 16 juin 2020, les 10 premiers ont été réceptionnés à Douala, capitale économique du Cameroun. Le matériel, issu dans le cadre d’un partenariat avec des opérateurs économiques Camerounais, va servir au transport des hydrocarbures.

 

La Banque africaine de développement rejoint le Réseau d’obligations durables du Nasdaq

0

Le Nasdaq a annoncé ce 17 juin 2020, l’intégration de la Banque africaine de développement, l’un des plus grands émetteurs mondiaux d’obligations à impact social, au Réseau d’obligations durables du Nasdaq (NSBN). Le NSBN est une plateforme internationale accessible au public, conçue pour améliorer la transparence du marché des obligations durables et vertes à impact social.

Dix obligations de la Banque ont été ajoutées à la plateforme, dont son emblématique emprunt obligataire social d’une valeur de 3 milliards de dollars américains, « Combattre le COVID-19 », lancé en mars 2020, l’obligation sociale la plus élevée à l’époque sur les marchés de capitaux internationaux.

Grève à Nexttel : Des employés licenciés

0

Le bras de fer entre la compagnie de téléphonie et ses employés fait des victimes. La filiale camerounaise du Vietnamien Viettel, a engagé un processus de licenciement de ses employés entrés en grève illimitée depuis le 11 juin 2020. A date, une cinquantaine d’employés ont déjà reçu un document avec un motif identique : « Licenciement pour faute lourde ».

« En date du 11/05/2020, nous avons reçu une correspondance d’un mouvement syndical dont vous faites partie nous faisant part de revendication à l’endroit de l’entreprise. Le temps pour l’entreprise de se préparer pour mieux organiser le cadre dans lequel devait se faire les discussions, surprise a été grande de recevoir, le 10/06/2020 de votre syndicat un avis de grève illimitée qui prendrait effet dès le lendemain. En date du jeudi 11/06/2020, vous avez été formellement identifié parmi ceux qui ont participé à cette grève qui porte un coup grave à la réputation et à l’image de l’entreprise. Ceci est inacceptable ! », Peut-on lire dans l’une de ces correspondances cosignées par le directeur des ressources Ahmadou Maliki et le directeur général Haman Oumar. « Fort de tout ce qui précède, vous êtes informé de votre licenciement pour faute lourde dès ce jour vendredi 12 juin avec tous les effets de droit qui en découlent», poursuit la lettre.

Pour le Syndicat national des travailleurs des nouvelles technologies et de la communication (Syntic), il s’agit là d’un licenciement abusif. Après que le top management de Nexttel a refusé la médiation de l’inspection du travail, les autorités préfectorales de la ville de Douala, siège de l’entreprise, ont, elles aussi, engagé une négociation au cours de laquelle la direction générale de l’entreprise a promis d’apaiser les tensions. « Mais aujourd’hui, nous sommes surpris par ces lettres de licenciement distribuées dans la rue», déplore le Syntic.

Esther Fossi

 

Endettement : Le Cameroun prépare une Obligation du trésor de 25 milliards FCFA

0

Le gouvernement maintient son objectif de mobilisations de fonds programme sur le marché financier de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) à 220 milliards FCFA pour l’exercice 2020.

Le pays programme cette émission pour compléter son objectif annuel. Au premier juin 2020, il ne lui restait plus que 18,3 milliards FCFA à la suite des résultats de l’opération lancée le 27 mai 2020. C’est dans cet élan que l’Etat du Cameroun procède mercredi 17 juin 2020, à l’émission, par voie d’adjudications sur le marché de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), des Obligation du trésor assimilables  (OTA) à 7 ans de maturité d’une valeur totale de 25 milliards FCFA.

Selon les informations  du ministère des Finances, cette opération, dont la valeur nominale unitaire est de 1 million FCFA est assorti d’un taux d’intérêt de 6, 5%. Elle se déroulera auprès de  21 spécialistes en valeurs du Trésor (SVT) du pays émetteur, mais aussi du Congo, du Gabon, de la Guinée Equatoriale, de la République centrafricaine et du Tchad. Cette levée de fonds partie entre autre d’un vaste programme gouvernemental, qui permettra à terme de mobiliser une enveloppe globale de 220 milliards FCFA, pour le financement de projets d’infrastructures dans le pays.

D’après certaines sources au MINFI, «  le Cameroun  a déjà  mobilisé 201,7 milliards FCFA sur le marché de  la BEAC  dans le cadre  des opérations prévues  en 2020 sur le marché monétaire ».Cependant, Les fonds recherchés auprès des souscripteurs seront principalement destinés à la réalisation de plusieurs projets de développement, notamment la réhabilitation des routes pour un montant de 63,2 milliards de FCFA. Le secteur de l’eau et l’énergie pour un montant de 38,3 milliards de FCFA. Sans oublier les équipements sanitaires, avec les autres projets prioritaires de santé comme la barrière sanitaire contre le coronavirus. 45 milliards de FCFA étant le montant affecté pour le besoin de la cause.

Josiane J. Ondomboe

Entreprise : les employés de Nexttel en grève illimitée

0

L’annonce est contenue dans une correspondance datée du 10 juin 2020 et adressée par le bureau du Syndicat national autonome des travailleurs de nouvelles technologies de l’information et de la communication (Syntic) de Viettel Cameroun au directeur général de la société.

Hier 11 juin 2020 a marqué le début d’une grève illimitée annoncée par les employés Nexttel. Ces derniers contestent les multiples abus et demandent de respecter leurs clauses contractuelles.  Selon Lavoisier Bote, coordonnateur syndical Viettel Cameroun, c’est depuis la fin d’année 2019 que les employés de cette compagnie vietnamienne de téléphonie mobile, majoritairement détenue par le milliardaire camerounais, Baba Danpoullo, sont légalement abusés par leur employeur au vu et au su de tous.

En rappel, après une décision du Conseil d’administration du 20 mars 2020, les employés de Nexttel devaient être payés de moitié et le reste, sur la base des objectifs atteints. En cas de non accomplissement de ces missions sur une période de 6 mois, les employés en indélicatesse seront placés en situation d’insuffisance professionnelle et écartés purement et simplement. «Le salaire total de tout le personnel sera désormais indexé au rendement qu’il fournira à l’entreprise. Le salaire sera divisé en deux parties. La première à savoir 50% du montant fixe et la seconde partie à savoir 50% variable positivement ou négativement en fonction du résultat réalisé par l’employé durant le mois», indiquait la note de service datée du 23 mars 2020 qui explique ce changement.

Suite à ce fait, le ministère du travail avait réagi. En effet, Grégoire Owona à travers son secrétaire général, avait saisi le directeur général de Nexttel dans une correspondance avec pour objet « Révision unilatérale des conditions de rémunération de travail ».

En substance, le ministre dans sa note invite le DG de Nexttel à sursoir au processus de révision salariale dont l’application s’écarte de la loi. « Monsieur le directeur général, faisant foi à votre note de service de référence et dont copie m’a été servie par un responsable syndical, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir surseoir sans délai à son application compte tenu de sa violation des dispositions légales et règlementaires », écrivait alors Razack Johnny.

La situation qui prévaut actuellement prouve que, malgré l’intervention du ministère du travail, les tensions ne sont pas calmées. « Les syndiqués ont rédigé un mémorandum soumis au top management, qui, au lieu d’écouter les réclamations des employés a plutôt procédé à des licenciements abusifs et à l’affectation à Bamenda du coordonnateur syndical de l’entreprise, sans son avis, droits et avenant au contrat de travail comme directeur régional », s’indigne Lavoisier Bote. « Une manœuvre dont le but est de casser la dynamique syndicale mise en place », explique le coordonnateur syndical de Viettel Cameroun.

A la suite de ce mémorandum, un préavis de grève d’un délai de 15 jours a été déposé à la direction de l’entreprise et l’employeur n’a répondu à aucune des convocations adressées par le délégué régional du travail. Le désaccord  étant acté,  « les employés vont  engager une grève pour revendiquer entre autres, la réintégration des staffs licenciés, le reclassement des staffs selon leur ancienneté, la réinstauration des congés annuels payés, le paiement des primes de risques pour les employés du Nord-Ouest et Sud-Ouest, l’élection des délégués du personnel, et en cas de licenciement, le calcul du solde de tout compte sur la base de la convention collective des télécoms ».

Esther Fossi

 

xxxnxx
aflamsex
xxx best porn
xxx videos
hindi porn
error: Content is protected !!