Grand angle

Accueil Grand angle

Cameroun/TIC : Trésor caché derrière le métier de blogging

0

Considéré comme un cybercarnet, un bloc-notes ou même un page personnelle, ce type de plateforme gagne de plus en plus le terrain dans l’espace numérique au Cameroun. Tandis que d’aucuns s’y frayent encore du chemin, certains ont en peu de temps trouvé la perle qui dans ce métier peut leur permettre de vivre. Les uns le font par passion et d’autres pour business. Toujours est-il, d’après les explications de plusieurs acteurs de la chaîne, bien structuré, ce métier peut rendre son employé célèbre et riche. Cliquez sur le lien pour lire l’intégralité de cet articlehttps://ekiosque.cm/produit/LeQuotidiendel039Economiebr14092018/

 

Cameroun/Agriculture : La filière kola cherche sa marque

0
La Kola cultivée au Cameroun

Dotée de nombreuses vertus, la Kola de plus en plus présente sur les marchés du Cameroun fait les bonnes affaires chez les producteurs, les consommateurs et les vendeurs. Grâce à elles, les individus en raffolent. Ses provenances, ses qualités, ses symboles et ses différents prix permettent à ceux qui s’y intéressent de trouver chacun son compte malgré les difficultés qui peuvent exister dans ce milieu. Cliquez sur le lien pour lire l’intégralité de cet articlehttps://ekiosque.cm/produit/LeQuotidiendel039Economiebr04092018/

 

Héritage : Les 95 ans de vie de Joseph Kadji Defosso

0
Joseph Kadji Defosso de son vivant

« La famille Kadji Defosso a le profond regret d’annoncer le décès de l’industriel et homme d’affaires Joseph Kadji Defosso, décès survenu le 23 août 2018 en Afrique du Sud à l’âge de 95 ans, des suites d’une longue maladie », C’est par ce message de la famille que le décès de  l’illustre homme est officiellement connu. Mais quelle que soit la date de sa mort, quel que soit le temps qui puisse passer, difficile d’imaginer ce que la postérité éprouvera comme sentiments lorsque quelques historiens ou économistes parleront de Joseph Kadji Defosso. En attendant des hommages, ce sont quelques œuvres de ce capitaine d’industries que votre journal vous présente.

King, Spécial, Kadji beer, K44, les marques d’un brasseur

Un fait  étrange, ce jeudi 23 août 2018,  pour ceux qui fréquentent la rue reliant l’hôtel La Falaise de Bonanjo aux recettes des Finances. Le grand portail en bois massif de la résidence Kadji, située sur cette rue, est partiellement ouvert depuis hier matin. Il sera entièrement ouvert au public pendant  une longue période. Il ne l’a presque jamais été par le passé.  Et pour cause, l’on y prépare les obsèques d’un grand homme. Joseph Kadji Defosso, capitaine d’industrie, s’est éteint à l’âge de 95 ans, en Afrique du Sud, des suites d’une longue maladie. Cliquez sur le lien pour lire l’intégralité de notre dossierhttps://ekiosque.cm/produit/lequotidiendel039economiebr24082018/

 

 

 

Cameroun/Célébration: Business autour de la Tabaski

0

Comme chaque année, la communauté musulmane, du monde en général et du Cameroun en particulier, célèbre la fête de la Tabaski. Encore appelée fête du sacrifice, cette période impose des dépenses supplémentaires aux ménages. Également dans les marchés, c’est la période où les commerçants font de bonnes affaires. Le textile, l’agroalimentaire et la bovine sont quelques accessoires très prisés à quelques heures de la célébration de l’Aïd Al Kebir. Cliquez sur le lien pour lire l’intégralité de cet articlehttps://ekiosque.cm/produit/lequotidiendel039economiebr17082018/

 

Cameroun/Agriculture : Le problème anglophone menace la production nationale de cacao

0
Le cacao camerounais

Diagnostics des principaux négociants et des organisations professionnelles sur la capacité du Cameroun à atteindre l’objectif de 600 000 tonnes à l’horizon 2020.

Mardi 7 août 2018 à Ngomedzap, département du Nyong et So’o, Luc Magloire Mbarga Atangana, ministre du Commerce a lancé la campagne cacaoyère 2018-2019. Dans son allocution de circonstance, il a affirmé aux producteurs qu’il y a des raisons d’espérer un meilleur avenir pour la filière. La production nationale  commercialisée est passée de 231,642 tonnes pendant la campagne 2016-2017 à 253 510,43 tonnes au cours de la campagne 2017-2018, soit une augmentation de 21.868 tonnes. Néanmoins, le Mincommerce a laissé entendre que la barre des 300 000 tonnes aurait pu être franchie n’eut… Cliquez sur le lien pour lire l’intégralité de cet articlehttps://ekiosque.cm/produit/lequotidiendel039economiebr14082018/

 

Intégration : 17 ans de fausses pistes d’Air Cemac

0

Intégration : 17 ans de fausses pistes d’Air Cemac

La compagnie aérienne projetée en Afrique centrale a été définitivement liquidée. Restée longtemps dans les tiroirs à entendre certaines signatures, Air Cemac ne verra finalement jamais le jour. Chronique de l’échec d’un projet d’intégration sous régionale. Cliquez sur le lien pour lire l’intégralité de cet articlehttps://ekiosque.cm/produit/lequotidiendel039economiebr13082018/

 

 

E-Médias : Dans l’univers des WebTV au Cameroun

0

Le Cameroun évolue dans le domaine de l’économie numérique. La « Webosphère » médiatique est un élément majeur pour prouver que les acteurs de ce domaine œuvrent pour faire de ce secteur un vecteur de développement. La diffusion des contenus par Internet gagne de plus en plus de la place. Ceci peut s’expliquer par les avantages que ce mode de diffusion comporte. La mobilité et la possibilité de rattraper les programmes ou de les regarder sur commande étant des atouts clés de ces télévisions en ligne

Par Esther Fossi

 

 

Web Tv : une autre façon de faire la télévision

« Hier la télévision, était basée sur la technologie des ondes radio.  Avec l’évolution de la technologie, notamment le satellite, le signal TV pouvait  monter vers les satellites afin d’être retransmis au-delà des frontières de la maison de production. En 2000 la plupart des pays du monde sont passés du signal analogique vers le signal numérique, grâce au développement des technologies de l’information et de la communication. On a ainsi vu apparaitre la HDTV(TelevisionHauteDefinition), puis la pay per view (achat des contenus télévisuels sur Internet), la video-on-demand (VoD) qui vient tout juste d’entrer au Cameroun grâce à Canal plus et en enfin la Web Tv », affirme Abega Moussa pour retracer le parcours de diffusion de contenus audiovisuels dans notre milieu. En effet,  la Web Tv puisque c’est notre sujet entre de plus en plus dans les habitudes de consommation des camerounais qui se ruent depuis un bout davantage vers Internet à la recherche de contenus divers.

Pas mal de medias l’ont compris. Avec l’évolution numérique, il vaut mieux prévoir un volet en ligne de diffusion pour permettre aux téléspectateurs de devenir aussi des « viewers ». La conséquence étant l’élargissement de la cible et la fidélisation de celle-ci. La Crtv, Canal 2, Le Quotidien de l’Economie et quelques autres organes médiatiques ont compris la nécessité de conquérir de nouvelles cibles à travers ce moyen « light » de diffusion. Ce sont des chaines généralistes et thématiques qu’on retrouve en ligne au Cameroun.

Etats des lieux

Des Web Tv, ils en existent de plus en plus au Cameroun. On peut citer : Auletch Tv, Thara Tv, Hopa Tv, Inside Tv, Universcience Tv, Asvit Tv, le Club de l’économie, Afrik-inform, NK Tv, AAW Tv, Web Actu, Wouri Tv, Liberty Tv, Dbm Tv, My Comedy, D5Tv, Camnews 24 et bien d’autres encore. Il faut constater que dans l’ensemble les Web Tv du Cameroun sont beaucoup plus thématiques. Selon certains promoteurs, cela s’explique par la difficulté de productions des contenus variés dû au manque de moyens financiers, logistiques et même au manque de ressources humaines. Aussi malgré l’évolution dans le domaine du numérique, il y a encore beaucoup à faire pour intégrer le digital dans les habitudes des populations de façon complète.

Comme chaine internet thématique nous avons entre autres : Thara Tv, la Web Tv de l’animateur camerounais Fidjil de son vrai nom Atonkoumou Aristide créée le 31 Mars 2017. Cette télévision en ligne a pour vision de promouvoir la musique urbaine et le life style camerounais. Cette Web Tv présente une grille de programme assez large. Entre autres nous avons : Zikd’ailleurs, qui promeut les nouvelles sorties musicales d’Afrique centrale, Top5, il s’agit du classement des sons qui font le Buzz, Live : ce sont les concerts diffusés en straming, Vokaliz : dans cette rubrique, un coach vocal donne les astuces de chants aux viewers. Toujours parmi les chaines thématiques, il y a Asvit Tv. C’est une chaine de télévision chrétienne qui émet en streaming. Elle a été créée par le révérend pasteur Catherine Pujol en 2015. Ici, tout tourne autour de la prédication, de la musique et de l’information religieuse.

Pour les chaines généralistes, AAW TV est un exemple. Il s’agit d’une chaine de télévision camerounaise en ligne qui propose à la communauté nationale et internationale une suite de programme variés visant à mettre en communs les idéaux, le partage des connaissances pour aboutir au progrès du pays. On y retrouve, de l’actualité, les interviews, les reportages, les émissions de découvertes et bien d’autres. Elle est proposée par l’entreprise Ona It Consulting depuis 2017. Par ailleurs, nous pouvons mentionner  Hopa Tv parmi les télévisions généralistes. C’est l’œuvre de la journaliste Anne Mireille Nzouankeu.

Cette chaine a ceci de particulier qu’elle est bilingue (anglais, français). A travers sa Web Tv la jeune dame propose des programmes visant à encourager l’entreprenariat jeune dans le but de limiter l’immigration clandestine. « Nous voulons transmettre un message à nos frères et sœurs africains. Si vous avez un million FCFA, 1000 ou 2000 dollar, n’utilisez pas cet argent pour émigrer clandestinement. Venez sur www.hopafrica.org, nous vous montrerons comment l’investir. Quelques années plus tard, vous pourrez aller légalement en Europe, pour vos vacances ou en tant que homme ou femme d’affaires »,  avait déclaré Anne Mireille dans un entretien avec  « This is Africa ». Des exemples comme ces chaines Web Tv il en existe de plus en au Cameroun, tenues par les organes de presse, les start-up et même les individuels.

Modèle économique

La question mérite d’être posée. Comment gagner de l’argent grâce à une Web Tv ? Dr Richard Awono, enseignant à l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication (Esstic) l’a dit : « avant toute chose la Web Tv c’est un média et donc elle doit générer des revenus grâce à la publicité ». En effet, la qualité des contenus doit être telle qu’elle permet d’attirer les annonceurs. Par ailleurs, il y a la vente des contenus. Les productions Web sont également destinées à la vente. Car en plus des contenus gratuits qui sont publiés, il y en a d’autres qui sont édités en mode payant. A cet effet, les promoteurs de Web Tv sont unanimes, « la bataille des publicités n’est pas du tout gagnée. D’ailleurs c’est même loin d’être le cas». Les annonceurs tardent à s’arrimer à la donne numérique, ce qui selon les responsables des Web Tv rend difficile le gain grâce aux insertions publicitaires. Par ailleurs, la culture de l’achat des contenus n’est pas encore bien implémentée dans notre contexte. On comprend donc que ce moyen rapide de diffusion des contenus a encore beaucoup à faire pour s’ingérer dans les habitudes de consommation des populations et surtout permettre l’épanouissement des promoteurs.

 

Abega Moussa, Ceo de MG Soft

« La Web Tv permet de rendre disponible sur la durée les contenus télévisuels »

L’ingénieur en génie logiciel par ailleurs enseignant à l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’information et de la Communication (Esstic), décrypte l’environnement de la Web Tv et les opportunités offertes

Au regard de la pluralité des applications déployées sur la toile, quelle est la différence entre une web tv et une chaine Youtube ?

La web TV, encore appelé TVIP est la suite d’une évolution. C’est en effet, un changement qui permet la diffusion des programmes télé sur Internet à travers un site web ou une application mobile pour être vue à travers un ordinateur ou un Smartphone. De nos jours de nombreuses chaines de télévision comme France 24, CNN, Africa 24, la CRTV ou Vision 4 disposent de moyens de diffusion des émissions par Internet. La multiplication des plateformes de diffusion permet deux choses, atteindre une audience plus large et atteindre une audience éloignée à moindre coûts. C’est une évolution qui obéit aux besoins de l’homme moderne. Vous savez, L’homo digitalis (l’homme de l’ère numérique) qui utilise de plus en plus Internet pour ses transactions ou ses consommations (e-commerce, mobile money, filme, Edition numérique, publicité en ligne etc) n’a plus le temps de rester devant un poste de télévision comme avant.  Ce qui signifie que la chance pour une émission d’être suivi par 1 000 000 de téléspectateurs est infime. Lorsqu’en France une mission enregistre une audience de 4 million c’est le pic pour un pays de près de 50 millions de personnes.

Pourtant Youtube est un site web de partage de vidéos de toutes sortes, appartenant à l’entreprise américaine Google. Ce site web permet aux individus et aux entreprises du monde entier de charger (uplaod) leurs vidéos et de les partager. Comme avec Facebook, chacun peut ouvrir un profil (un compte YouTube) et paramétrer de manière à disposer d’une chaine de diffusion personnelle. C’est gratuit. Ensuite comme avec Facebook, il faut bâtir une communauté autour, on les appelle les abonnés, des gens qui viendront consulter vos vidéos chaque fois que vous aurez des nouveautés.  

Quelles sont les opportunités qu’offre ce moyen de diffusion comparée à la télévision classique ?

Les opportunités il en existe. Mais retenons quatre principales. Avec la sWeb Tv, on gagne une audience plus large et au-delà de sa circonscription. Il est vrai qu’avec la télé c’est aussi possible mais ce processus est détenu par les multinationales qui ont un nombre limité de fréquence. Et à moindre coût, parce que comparée à la chaine de télé, avec une web, on a juste besoin d’un site web et d’une connexion. Aussi, ce moyen de diffusion permet de fidéliser les viwers. Prenons un cas de figure, quand aujourd’hui vous louper une émission, vous avez la possibilité de la rattraper en replay sur la Web Tv. En principe les chaines de télévisions camerounaises devraient avoir me mode de diffusion en ligne, comme myTF1 ou CNN et autres.

Ceci permet la disponibilité et aussi ca offre l’opportunité de regarder ces émissions aux heures voulues. De plus, la Web Tv  permet de rendre disponible sur la durée les contenus télévisuels. C’est un avantage. C’est-à-dire le service de Video on Demand à travers la Web Tv devient un peu comme une documentation dans une chaine de télé. Un service d’archivage qui n’est plus disponible seulement aux employés de la chaine de télé. Une opportunité très importante, c’est le volet économique, la Web Tv permet de générer des revenus on appelle cela le pay per View. Je dois préciser que la Web tv ne concerne pas seulement les medias ou les chaines de télévision. Un individu peut créer sa web tv.

Quels sont les contenus adaptés à une Web Tv professionnelle ?

Ce sont tous les contenus. L’avantage d’Internet c’est que ça prend tout, sans restriction. On regarde les films entiers de 2 à 3heures de temps de nos jours sur internet.  Aujourd’hui la Web Tv permet de diffuser tout type de contenus. Documentaires, films, enquêtes, musiques, comédie, débats etc.

Sur quel type de format doit-on diffuser sur la Web Tv ?

Il y a une évolution dans ce domaine. Aujourd’hui tous les formats sont acceptés. Mais il y a une programmation spéciale pour cela en Html. Ça veut dire que si je veux vendre une vidéo il faut qu’elle soit accessible seulement à celui qui a acheté et à cet effet il y a des techniques spéciales pour assurer une certaine sécurité informatique.

Dans le contexte audiovisuel camerounais quels sont les défis auxquels doivent faire face les Web Tv pour émerger ?

Le défi majeur c’est celui de la culture numérique dans l’ensemble. C’est comment est-ce-que nous changeons nos mentalités pour adopter les services numériques qui nous sont offerts ? Le numérique est là pour durer ce n’est pas un effet de mode, c’est la quatrième révolution industrielle. Donc il faut les camerounais intègrent définitivement la donne numérique.

Il faut comprendre la  valeur, les avantages, les bienfaits du numérique et donc se mettre à l’usage de celui-ci. Ceci à tous les nouveaux : individuels, entreprises et surtout les administrations publiques. Par ailleurs, les chaines de télévision au Cameroun doivent comprendre que les moyens de diffusion traditionnelle sont bien mais il y a à côté des moyens modernes de propagation qu’il faut prendre en compte parce que les besoins aujourd’hui l’imposent. Donc diffuser avec internet à travers un site web ou une application mobile pour toucher un public plus large et plus éloigné est une belle stratégie, cela permet d’avoir plus d’opportunités pour la vente des contenus. Notons qu’il y a une transformation numérique au sein des medias qui tardent à être effectif au Cameroun. Les chefs des medias doivent être les premiers à s’acquérir de la transformation numérique afin de procédera à la conversion de leurs organes et de leurs employés.

Propos recueillis par Esther Fossi

 

 

 

Transport aérien : Turkish Airlines étend ses ailes en Afrique

0
Un avion de Turkish Airlines

Cette compagnie dessert 34 pays et 52 destinations sur le continent. D’ailleurs, elle compte en ouvrir de nouvelles et investir davantage. Le Quotidien de l’économie fait une incursion au sein de cette compagnie qui existe depuis le 20 mai  1933.

Par Hervé Fopa Fogang

Turkish Airlines veut davantage investir en Afrique

Au début du mois de mai 2018, certains journalistes camerounais ont eu le privilège d’effectuer un déplacement à Istanbul où ils ont échangé avec Askin Cantimur. Il est vice-président pour l’Afrique sub-saharienne de Turkish Airlines. Au cours de la rencontre avec les représentants des médias camerounais, ce haut responsable a dévoilé les ambitions de la compagnie. De fait, Turkish Airlines dessert 34 pays et 52 destinations en Afrique. Cependant la compagnie veut consolider ses acquis dans un continent où le ciel est parcouru par de nombreux concurrents. « De  manière globale en Afrique  Subsaharienne  sans  vouloir entrer  dans  les  détails,  notre  compagnie est  en  forte  croissance avec  une  augmentation du  nombre de  passagers et nous enregistrons le chiffre de  1,7  %  en  matière de  développement  et  ce,  plus que les autres  compagnies aériennes. Nous avons   gagné  14  places  en 2018  en  termes d’augmentation du  nombre de  passagers   transportés et  nous envisageons de nous  positionner à la  10 ème place en 2035 »,explique  Askin Cantimur dans une interview accordée au site d’information www.financialafrik.com.

Il poursuit en révélant qu’à la fin de l’année 2018, la Turkish Airlines va desservir la ville de Moroni aux Comores et celle de Marrakech, au Maroc.  «  Et  nous  poursuivrons notre  couverture en Afrique  subsaharienne  avec  Banjul, en  Gambie. Nous  envisageons  une  augmentation de  notre présence en  Afrique  de 6% et en Asie de 5,5% », souligne Askin Cantimur.

De nouveaux avions en cours d’acquisition

Même si la compagnie Turkish Airlines compte déjà 326 avions dans sa flotte, elle n’entend pas s’arrêter à ce niveau. Vu ses ambitions en termes de déploiement, elle a commandé 230 nouveaux appareils dont 60 gros porteurs. Selon Askin Cantimur, Turkish Airlines avait  démarré ses  vols en  1933 avec 4  destinations : Izmir,  Istanbul, Ankara  et Adana. La  flotte  de la compagnie souligne t’il  ne comprenait alors que 2 King Birds de 5 sièges, 2 Junkers de seulement 4 sièges et 1 ATH-9 (10 sièges). « En 2003,  nous  avions  desservi  55  pays et 103  destinations.  Aujourd’hui,  nous  sommes la  4e  plus  grande  compagnie aérienne présente dans  121  pays  avec 306 destinations »,informe le vice-président pour l’Afrique sub-saharienne de Turkish Airlines.

Turkish Airlines apprend-t-on occupe aujourd’hui  la  deuxième  position en Europe pour  les  chargements  Cargo.  « Ce segment  est  très  important, de  même  que les  activités de  maintenance des avions  qui concourent au  développement de  la  compagnie qui  emploie  24  000  personnes et  travaille  avec  12 sociétés  partenaires   et  un  staff  dirigeant de 51  000 personnes. En matière de  Cargo,  nous  desservons  84  destinations au  départ  d’Istanbul  vers  l’international avec  18  avions  cargo qui  ont transporté 1,3  million de  tonnes de  fret en 2017.  En 2018,  nous  avons  ouvert deux  nouvelles  destinations : Mexico et  Muscat, la capitale du sultanat d’Oman. La  ville  d’ Istanbul dispose à  ce  jour d’une plus  grande  connexion des  vols  vers  l’international. C’est  un hub avec les  meilleures  rotations d’appareils », précise Askin Cantimur.

Atteindre 120 millions de passagers par an à l’horizon 2023

Le transporteur turc a d’autres ambitions au niveau mondial. Notamment à l’horizon 2023. Il veut atteindre les 120 millions de passagers par an, générer 30 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel (12 milliards de dollars actuellement) et compter plus de 500 avions dans sa flotte. Aussi, il est important de souligner que 2023 sera l’année l’année du centenaire de la République de Turquie, fondée par Mustafa Kemal Atatürk il y a 95 ans.

Un nouvel aéroport pour répondre aux ambitions de croissance

Istanbul est déjà desservie par deux aéroports, Atatürk et le Sabiha Gökçen (depuis 2003), mais ne compte pas s’arrêter là.  Sauf changement de dernière minute, l’aéroport d’Istanbul sera  inauguré le 29 octobre 2018. Situé à 35 kilomètres avec une superficie de 67,5 millions de mètres carrés au nord du centre-ville, ce projet de 7 milliards de dollars cet aéroport est présenté comme  le plus grand aéroport du monde en capacité. Une construction rendue possible par la croissance exceptionnelle du transport aérien turc.

«  Le nouvel aéroport  sera  doté  au  départ  d’une  capacité de 90  millions de  passagers par an  avec  l’ambition d’atteindre  200  millions de  passagers par an  dans  sa phase  optimale avec 500  postes d’enregistrement. . Ce sera  le  plus   grand aéroport du monde si nous  nous  comparons à  ceux de  Frankfort en Allemagne,  Charles  De  Gaulle en France  ou celui de Dubaï aux  Emirats  Arabe  Unis. Nous  offrons la  meilleure qualité de  connexion des  vols au  départ de  l’Europe,  mais aussi en  terme de  temps de  connexion par  rapport aux autres aéroports  européens »,argumente Askin Carimur. Ce dernier affirme également qu’en 2017, Turkish Airlines a  transporté 68 millions de  passagers et  envisage  d’atteindre  le   nombre de  74  millions de  passagers en 2018, soit  une  augmentation de  3%.

L’on apprend également que l’aéroport d’Istanbul  pourra faire transiter entre 150 et 200 millions de passagers tous les ans, ce qui en ferait le plus important du monde. A partir du 29 octobre 2018, une fois le nouvel aéroport mis en fonction, l’aéroport Atatürk, ouvert en 1924, sera uniquement consacré à l’autorité de l’aviation civile, aux vols privés et aux VIP.En revanche, l’aéroport Sabiha Gökçen sur la rive asiatique d’Istanbul, ouvert en 2003, continuera de fonctionner. L’aéroport « devrait progressivement générer 200 000 emplois directs et indirects et génèrera également non moins de 5 % du PIB de la Turquie en 2025.

Design de l’aéroport d’Istanbul en construction

La formation, une institution à Turkish Airlines

Sur un autre plan, le voyage de presse organisé par Turkish Airlines a conduit les journalistes camerounais au Flight Training Center. Dans l’édifice imposant et moderne, la compagnie Turkish Airlines assure la formation de plusieurs milliers de personnels navigants dont ses futurs pilotes, hôtesses, stewards et techniciens de navigation aérienne. Plus encore, de prestigieuses  compagnies partenaires envoient leurs  personnels pour suivre les formations dans le Flight Training Center.

Dans ce centre, toutes les manœuvres à l’intérieur du cockpit sont enseignées. Du décollage à l’atterrissage, en passant par la stabilisation de l’appareil, le pilotage automatique, les changements d’altitude ou de direction en cas de tempêtes, d’orages, de dépressions ou de nuages etc. Comment maitriser un feu à bord, quelle attitude adopter en cas de fortes turbulences afin de ramener le calme parmi des passagers pris de panique ? Rien n’est laissé dans ces formations qui sont sanctionnées par des tests et des concours rigoureux visant à faire un premier tri et identifier les profils en vue de les orienter vers les postes les plus convenables selon les aptitudes et les compétences de chacun.

Ainsi, Le Flight Training Center de la TK, est présenté comme  « un fleuron dans le fleuron qui donne les meilleurs pilotes de l’aviation civile Turque et internationale ». En effet, ce Centre offre des cours de formation de niveau international pour le personnel du transporteur national, composé de 4 000 pilotes et de plus de 10 000 agents de bord. Les programmes de formation sont répartis en six catégories à savoir : la formation de base au pilotage (basic pilot training), la formation au sol (Ground Training), l’entraînement  ou formation des stagiaires de vol (Flight Attendee Training), la formation des expéditeurs entre autres.

 

 

 

Cameroun : la Crise anglophone accentue les pertes dans le secteur bancaire

0

Les actes de violences se poursuivent dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Ce qui a pour conséquence le ralentissement des activités économiques. Et les structures qui mènent leurs activités dans cette partie du pays payent le prix fort. Les banques et microfinances ne sont pas en reste. Depuis le début de cette crise en fin 2016, ces institutions financières enregistrent des pertes énormes. Mais, pour survivre, elles multiplient des stratégies de subsistance. Cliquez sur ce lien pour lire l’intégralité de cet articlehttps://ekiosque.cm/produit/lequotidiendeleconomie-lequotidiendeleconomiebr18042018/

 

Cameroun: Main basse des “coxeurs” sur le poivre de Penja

0

Les producteurs du poivre de Penja, produit très prisé sur le marché international, sont spoliés par des intermédiaires aux pratiques commerciales peu  peu orthodoxes… Cliquer ici pour télécharger la version intégrale de ce grand angle.

xxxnxx
aflamsex
xxx best porn
xxx videos
hindi porn
error: Content is protected !!