High Tech

Accueil High Tech

Innovation : Facebook lance le concept « Gérer l’activité »

0

Se protéger des autres. C’est dans cette logique que s’inscrit le nouveau concept de Facebook « Gérer l’activité ». Le principe est de permettre aux utilisateurs d’archiver les contenus qu’ils souhaitent garder rien que pour eux. Par ce canal, vous pouvez conserver et supprimer d’anciennes publications à un seul et même endroit et stocker le contenu que ne voulez plus que les autres voient. Par ailleurs, Gérer l’activité vous permet également de placer les publications dont vous ne voulez plus dans la corbeille.
En effet, celles-ci y resteront pendant 30 jours avant d’être supprimées définitivement. Facebook commencera par lancer l’outil Gérer l’activité sur mobile, puis le rendra disponible sur d’autres plates-formes à l’avenir. Il continuera de créer de nouvelles fonctionnalités pour cet outil, afin de s’assurer qu’il répond au besoin de chacun de gérer son empreinte numérique.

Julie Owono : une Camerounaise au Conseil de surveillance de Facebook

0
Julie Owono

Le réseau social a rendu public le 06 mai 2020 la première liste des 20 personnalités choisies pour siéger au sein de son Conseil de Surveillance. Dans cette liste, figure Julie Owono, Avocate de profession par ailleurs, directrice exécutive de l’ONG Internet sans frontières. C’est aussi une chercheuse au Berkman Klein Center de l’université de Harvard et membre de la Digital Civil Society de l’université de Stanford. Son curriculum vitae indique également qu’elle est l’un des 24 experts indépendants nommés par l’Unesco pour travailler sur « Le premier projet de recommandation sur l’éthique de l’intelligence artificielle », révèle Franceinfo.

Ce conseil de surveillance, composé des férus du Droit, des constitutionnalistes, anciens dirigeants, journalistes et membres de la société civile, le nouveau conseil de surveillance de Facebook est une structure indépendante qui permettra aux internautes de pouvoir contester les décisions en rapport avec le contenu sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram.

En clair, « statuer sur le contenu qu’ils doivent autoriser ou supprimer, conformément à la liberté d’expression et au respect des droits de l’Homme. Les décisions du conseil doivent être exécutées par Facebook qui ne peut démettre ses membres. Le conseil étant indépendant de l’entreprise », explique Franceinfo.
Esther Fossi

Covid-19: Facebook étend son centre d’information dans 24 autres pays africains

0

Le réseau social a annoncé qu’il étendrait son centre d’information sur le coronavirus dans 24 autres pays en Afrique. Kojo Boakye, responsable de la politique publique de Facebook pour l’Afrique, a informé que l’expansion des centres permettrait au monde entier de recevoir des informations opportunes et précises des autorités de santé de confiance. Selon lui, le centre d’information Covid-19 figure en haut du fil d’actualités et fournit un endroit central pour que les gens soient informés sur le virus.
Le centre comprend des mises à jour en temps réel de sources officielles nationales, d’organisations régionales et mondiales telles que le Centre africain de contrôle des maladies et l’Organisation mondiale de la santé, ainsi que des ressources utiles, des articles et des conseils sur la distanciation sociale. « Nous sommes heureux de fournir à presque tous les pays d’Afrique subsaharienne son propre centre d’information, afin que les gens à travers le continent aient une place centrale pour trouver des informations faisant autorité sur Covid-19 », a déclaré Boakye.

Compétition : le Prix L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science 2021 en cours

0

Les scientifiques du monde entier sont invité(e)s à proposer des candidatures pour le Prix L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science 2021. Les prix souligneront les réalisations scientifiques de cinq chercheuses exceptionnelles dans le domaine des sciences de la matière, des mathématiques et de l’informatique, chacune travaillant dans l’une des régions suivantes : Afrique et États arabes, Asie-Pacifique, Europe, Amérique latine et Caraïbes, et Amérique du Nord.
Pour être considéré comme éligible, la candidate doit : être reconnue pour son excellence scientifique au sein de la communauté scientifique internationale, participer activement à la recherche scientifique, s’impliquer dans l’un des domaines des sciences de la matière, des mathématiques et de l’informatique. Les prix seront remis en mars 2021 à Paris aux cinq femmes sélectionnées par un jury international pour leur contribution exceptionnelle au progrès scientifique. Chacune des lauréates recevra 100 000 euros.

Cities Navigator : Plateforme d’information sur la disponibilité des services et produits essentiels

0

L’application mobile a été conçue par des jeunes entrepreneurs issus de l’Institut Africain d’Informatique, de Polytech et l’Institut Universitaire de Technologie de Douala.

Une plateforme qui met des faits sociaux et des évènements à la disposition du citoyen. « Cities Navigator » a été conçue pour donner des informations fiables et indispensables concernant les services essentiels. En cette période de crise sanitaire, les promoteurs de l’outil numérique expliquent l’importance de la plateforme. « Cette application change la façon dont nous assurons la sécurité des personnes et nous indique comment obtenir la bonne information sur le Covid-19. Elle fournit également des informations en temps réel sur la disponibilité des services et produits en réponse aux besoins et problèmes qui en découlent dans nos villes ».
Concrètement, le projet « Cities Navigator » est une application mobile qui permet aux gouvernements et aux villes d’améliorer leur résilience et leur préparation aux situations d’urgence. « Il comprend une application de communication de masse, des capacités de navigation et des services aux citoyens en ligne », indique les entrepreneurs. « Nous tirons parti de la cartographie participative et avons construit une interface et un processus simplifiés pour ajouter rapidement des points de service. De plus, la solution permet aux fournisseurs de services comme les hôpitaux, les pharmacies, les stations-service, les collecteurs de déchets de fournir des informations de disponibilité en temps réel pour leurs services ou produits critiques ».
La plateforme aide par ailleurs les citoyens à se préparer aux urgences comme l’inondation. « À partir d’une interface intuitive, vous pouvez lancer des alertes à la masse au niveau du comté ou en se concentrant sur une région ou une ville spécifique. La capacité de messagerie intégrée permet aux gestionnaires de la ville et aux agences gouvernementales de mettre les informations importantes et les mises à jour directement devant les destinataires », décrit les promoteurs via leur site.
En outre, l’application dispose de capacités de navigation intégrées, de simulation d’itinéraires d’urgence, de cartographie des abris et d’autres informations dans les catégories de géographie humaine suivantes: communication, éducation, abris et services d’urgence, santé et médecine, eau et assainissement, réseau routier, énergie, religion , espace ouvert, déchets solides, Shopping.
Esther Fossi

Accompagnement : Google lance les bourses destinées aux développeurs de logiciels en Afrique

0

L’édition 2020 du programme a été annoncée le 22 avril 2020 et les candidatures se font en ligne jusqu’au 13 mai. Le programme s’étend sur 5 ans et donne la possibilité aux apprenants d’avoir accès à plus de 250 groupes de pairs et clubs étudiants développeurs de 150 villes africaines.

100 000 développeurs africains bénéficieront d’une formation de haute qualité avec en bonus 30 000 bourses supplémentaires et 1000 subventions pour les certifications Google Associate Android Developer et Associate Cloud Engineer.
Le programme Google Africa Developer Scholarship (GADS) qui vise à créer des compétences et des opportunités pour les développeurs de logiciels en Afrique. Ils seront accompagnés sur les pistes de développement de compétences pour android, google cloud et le web mobile.

Coronavirus : Une start-up camerounaise fabrique un dispositif de production d’oxygène modulaire

0

L’initiative de la jeune pousse Sing Africa Ltd vise à alimenter plusieurs patients atteints de la maladie en même temps.

Avec le Covid-19, le savoir-faire des jeunes à travers le monde est mis à l’épreuve. Pour ce qui est du Cameroun, les jeunes ne laissent rien de leurs génies en réserve. Face à certaines difficultés médicinales en termes de matériels de prise en charge, la start-up Sing Africa Ltd a pensé et mis sur pied un dispositif de production d’oxygène modulaire pouvant alimenter plusieurs patients en même temps.

Il s’agit selon Jauspin Dongmeza, Project Manager  « d’un extracteur d’oxygène couplé avec une unité de gonflage pour le stockage dans les conteneurs qui sont les sacs ». Pour ce dernier, le prix est abordable. « L’avantage de cette unité d’oxygène par rapport à ce qu’il y a sur le marché c’est les coûts  réduits d’acquisition et d’installation », estime-t-il. Cliquez sur le lien pour lire l’intégralité de cet articlehttps://www.ekiosque.cm/journal-234970-Le-Quotidien-de-l’Economie-16-04-2020

Cameroun /Cours audio-télévisés : le calvaire des élèves des zones rurales

0
Projet de mise en oeuvre d'un modele d'education inclusive de qualitè en favor des minorités vulnérables de l'Est Cameroun. Les enfants Baka et Banut de la communauté de Parny se preparent pour aller à l'ecole

L’initiative du système éducatif visant à permettre aux élèves de rattraper les cours perturbés par la pandémie du Covid-19 qui sévit dans le monde, rencontre quelques difficultés.

« Impossible n’est pas camerounais ». Cette maxime selon laquelle quel que soit la situation, un camerounais a toujours une voie de sortie trouve son sens, dans les cours télévisés organisés via les médias à capitaux publics visant à mettre les élèves des classes d’examens à niveau en attendant la fin de la crise sanitaire. En effet, arrêtés depuis plus de 3 semaines, les cours ont repris ce 6 avril 2020 exclusivement pour les élèves des classes d’examen à travers les plateformes de la Crtv.

Selon le communiqué de la circonstance, les cours audio télévisés se tiennent sur la Crtv les lundis, mercredis, vendredis pour les élèves de CM2 de 8h à 10h30. Et les mardis, jeudis et samedis pour ceux des classes anglophones Class six aux mêmes heures. Laurent Serges Etoundi Ngoa, ministre de l’Education de Base invite donc les parents à  « bien vouloir installer les enfants devant l’écran pour suivre les cours afin de mieux préparer leur examen de fin d’année». Joséphine Ndagnou chef de ce projet précise que les cours sont interactifs. Concrètement, les élèves ont la possibilité de poser des questions par SMS via le 8018.

Zones rurales ? Absentes

A l’appel, la voie de la zone rurale est inaudible. Est-elle vraiment absente comme le pensent les internautes à travers les réseaux sociaux ? Cette question posée aux enseignants des zones rurales obtient une réponse affirmative. Des heures d’absences qui pourront couter toute une année scolaire à bon nombre. Si dans les grandes métropoles, notamment Yaoundé, Douala et Bafoussam, les cours créent de l’émulation, ce n’est pas le cas dans l’arrière-pays. Les raisons évoquées sont l’habitude, le manque d’électricité, coupure récurrente d’énergie, et même le manque d’appareils pour suivre les cours. D’après parents, élèves et enseignants de la zone rurale, les conditions ne sont pas réunies pour des enseignements médiatisés équitables à tous au Cameroun.

Télé-enseignement au goût amer-sucré

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Alors que, plusieurs enseignants de l’arrière-pays s’offusquent du fait que leurs élèves ne pourront pas bénéficier de l’initiative du ministère de l’Éducation de base, à Bonapriso par Douala les enfants sont assis devant la télé. Toute inégalité qui suscite des interrogations parmi les enseignants. « J’espère juste que tous les enfants ont une télé chez eux. Où est alors l’égalité pour tous en ce qui concerne l’accès à l’éducation ? Qu’est-ce qu’on fait des enfants de Yoko, Ndjole, Bameka ? Et même des ménages de Yaoundé sans télévisions ? L’école est-elle donc devenue l’école des riches ? », S’écrie un enseignant.

Pour Patrick P, enseignant, « à Bameka comme dans les autres zones rurales,les élèves font face à un problème de logistique. Plusieurs n’ont pas accès à une radio ou à une télévision et en ce moment de restriction ça devient plus compliqué ». A 15 kilomètres de Nkondjock, une commune du Cameroun située dans la région du Littoral, les élèves et enseignants se plaignent. « Nous devons plutôt prier pour que la crise sanitaire finisse rapidement. Parce que si on va continuer l’année en mode télé-enseignement, nos enfants ici ne seront pas à jour », confie un parent, joint difficilement par téléphone à cause de la qualité du réseau.

Spectre de l’année blanche

Le spectre d’une année blanche plane-t-il sur certains élèves au Cameroun ? « Si la crise persiste oui », répond un enseignant d’une école primaire de la localité de Badenkop dans l’Ouest Cameroun. « Au village même quand il y a la télé chez les privilégiés, les enfants ne sont pas souvent devant les émissions. C’est dire que c’est une nouvelle habitude qu’il faut inculquer à ces jeunes gens », déclare ce dernier. « Nous avons beaucoup plus la radio ici, comment voulez-vous qu’un enfant du CM2 écoute un cours de mathématiques à la radio ? et même quand ce sera le cours de français, vous imaginez le nombre de fautes que ces enfants vont copier dans leurs cahiers ? », pour ce dernier, ces cours de « s’adressent aux élèves de bonne famille ».

Un autre problème évoqué par les enseignants c’est la progression des programmes qui varient d’un endroit à l’autre. « J’espère au moins qu’ils savent que la progression des cours n’est pas nationale… pour le cas de la chimie par exemple, dans certaines premières scientifiques, le programme s’ouvre sur les Réactions redox tandis qu’ailleurs on débute par la Chimie organique… à la radio on commence par quelle partie ? », regrette un enseignant.

Face à cette situation délicate, plusieurs parents en main, toute chose qui ne s’applique toujours pas à tous, car « l’enfant qui vit ici à Lagweu à Baham avec sa grand-mère va sans doute attendre la réouverture des classes », dit Simo jeune maitre en riant. Pourtant, ce projet de « l’école à la télé » n’est pas une exclusivité en Afrique.

L’Afrique en mode télé-enseignement

Face à la pandémie du covid-19, plusieurs États du monde ont opté pour le confinement, fut-il partiel ou total.  Ainsi, dans plusieurs pays d’Afrique, les écoles sont en bernes. Pour éviter une année blanche aux enfants, les ministères en charge de l’Éducation ont trouvé refuge dans le télé-enseignement. Au Sénégal par exemple, certaines chaines de télévision proposent des programmes faisant office de cours aux enfants temporairement déscolarisés à cause de la pandémie de Covid-19. L’émission s’appelle « Salle Des Profs ».  Cours à la télévision pour les enfants libyens ou sur tablettes dans les riches émirats du Golfe : chaque pays tente de trouver des alternatives pour des millions d’élèves privés d’école.

Esther Fossi

 

Télécommunications : Camtel arrive sur le marché de la téléphonie mobile et devient le 4ème opérateur.

0

L’entreprise reçoit aujourd’hui officiellement les conventions octroyées par le gouvernement.

Ce 12 mars 2020, la Cameroon télecommunications (Camtel) à « rendez-vous avec l’histoire ». En effet, l’entreprise que dirige Judith Yah Sunday Achidi va officiellement recevoir des conventions de concession octroyée par le gouvernement. Ce sera au cours d’une cérémonie que va présider Minette Libom Li Likeng, ministre des Postes et télécommunications. « L’un des moments forts de cette journée sera la remise des titres au directeur général de Camtel par le ministre des Postes et télécommunications et le ministre des Finances » apprend-on auprès d’un personnel de Camtel.

Parmi les conventions de concession à recevoir aujourd’hui figure certainement la convention de concession de la quatrième licence de téléphonie mobile (GSM) à Camtel signée le 26 septembre 2014 à Yaoundé. En effet, la technologie GSM (Global System for Mobile Communications) est une norme numérique de seconde génération pour la téléphonie mobile. Avec la licence de Camtel qui porte sur une durée de 15 ans, l’entreprise entre dans la norme GSM, une norme dominante sur le marché des services 2G et 2.5G, et devient ainsi un opérateur de téléphonie mobile.

« Dans une société moderne, les technologies de l’information et de la communication jouent un rôle très important, un rôle d’avant-garde. D’ailleurs, on dit que les télécoms et les nouvelles technologies portent le développement. Nous allons avoir un opérateur de plus sur le segment de la téléphonie mobile », s’était réjouit le Minpostel.
Hervé Fopa Fogang

Reforme : MTN Groupe normalise les outils de planification de réseau dans 18 pays

0

TEOCO le principal fournisseur de solutions d’analyse, d’assurance et d’optimisation a été sélectionné par MTN Group, le plus grand opérateur mobile en Afrique, pour standardiser ses outils de planification de réseaux radio et micro-ondes, annonce l’entreprise américaine dans un communiqué publié ce mardi 18 février 2020.
Le groupe de téléphonie déploiera ASSET Radio et ASSET Backhaul de TEOCO sur des réseaux subsidiaires couvrant 18 pays différents. Cela inclut la possibilité de normaliser les rapports sur sa couverture de la population à travers l’Afrique, afin de déterminer le nombre d’abonnés qui peuvent accéder aux services de MTN. «Le fait d’avoir un outil de planification standard dans MTN Group nous permet d’être cohérents dans notre approche de la planification et de l’optimisation du réseau», a déclaré Navindran Naidoo, Executive Network Design & Planning chez MTN Group.

xxxnxx
aflamsex
xxx best porn
xxx videos
hindi porn
error: Content is protected !!