Accueil Economie CEMAC: La fusion des deux bourses effective dès juin 2019

CEMAC: La fusion des deux bourses effective dès juin 2019

1305
0
Partager
Le groupe de travail  sur l’approfondissement du marché financier sous-régional s’est réuni le 29 janvier  2018 à Douala dans le but de fixer un calendrier de travail. 
 
Sauf changement de dernière minute, la fusion des deux bourses sous-régionales (Bvmac et DSX), telle que recommandée par les chefs d’Etat de la CEMAC au terme de leur sommet du 31 octobre 2017, pourrait être effective d’ici juin 2019. C’est ce qu’indiquent les responsables du groupe de travail sur l’approfondissement du marché financier de la CEMAC, qui s’est réuni lundi 29 janvier 2019  à Douala, en prélude à la 4ème réunion du Comité de pilotage du Pref-Cemac (Programme des réformes économiques et financières de la Cemac), du 2 février 2018, dans la capitale économique du Cameroun. La réunion dudit groupe de travail visait principalement à examiner les modalités de l’opérationnalisation des décisions prises par la Conférence des chefs d’Etat relatives à la fusion de deux marchés financiers et à son approfondissement ; et  à élaborer une feuille de route précisant le calendrier de mise en œuvre.
Pour le secrétaire permanent du Pref-Cemac, Michel Cyr Djiena Wembou, la coexistence des deux places financières avait tout simplement un impact négatif sur le développement du marché financier. Des propos qu’approuve le commissaire de la Cemac, Clément Belibanga, pour qui, la décision prise récemment par les chefs d’Etat relative à la fusion des deux places boursières est historique. A en croire ce haut responsable de la Cemac, les résultats attendus  du groupe de travail sur l’approfondissement du marché financier de la Cemac sont donc  nombreux : les modalités juridiques, institutionnelles et techniques de la fusion des régulateurs , des deux bourses et des dépositaires centraux ; le planning  des actions à mettre en œuvre pour consacrer ces différentes fusions afin de permettre que la nouvelle organisation du marché financier de l’Afrique centrale devienne opérationnelle dès le 1er juin 2019 ; l’identification des facteurs de risques qui pourraient retarder la fusion dans les meilleurs délais des marchés financiers de la Cemac, et notamment les coûts afférents à la recomposition des différentes composantes et au redéploiement du personnel des structures dudit marché.
Au terme des échanges, les participants ont, apprend-on, fait deux constats. D’abord, l’absence d’un acte additionnel consacrant la fusion ;  ensuite et enfin, l’absence d’un document de base à examiner par le groupe de travail. « Ils ont par ailleurs soulevé des préoccupations liées aux aspects pratiques de la mise en  de la décision de la Conférence des chefs d’Etat, notamment pour se conformer aux standards  internationaux en la matière. Et en particulier : un régulateur unique pour le marché, indépendant et doté des pouvoirs et moyens nécessaires  pour réguler le marché financier sous-régional dans sa nouvelle configuration ; une bourse unique issue de la fusion de deux bourses existantes (Bvmac et DSX), sur la base  d’une évaluation économique de celle-ci ; une entité indépendante,  soumise à la supervision du régulateur du marché financier, comme dépositaire centrale. Le choix de la Beac pour assurer cette fonction doit être considéré comme une solution transitoire », explique un participant approché.
Alors que Clément Belibanga, commissaire de la Cemac en charge des Politiques économiques, monétaire et financière, présidait la réunion du groupe de travail qui s’est tenue le 29 janvier 2019 à Douala, Michel Cyr Djiena Wembou, secrétaire permanent du Pref-Cemac, rapportait les affaires inscrites à l’ordre du jour. En dehors de la commission de la Cemac, la réunion a regroupé les institutions suivantes : Beac, Bdeac, Cobac, Cosumaf, Bvmac, Commission des marchés financiers du Cameroun (CMF) et Douala Stock Exchange (DSX).
Joseph Roland Djotié