19.1 C
Yaoundé
17 janvier 2022
Actualités Economie

Déploiement : La start-up Gozem annoncée au Cameroun

Créée par le Nigérian Emeka Ajene, la jeune pousse est dans une stratégie d’expansion de ses activités.


« Je confirme que nous sommes en pleine ouverture au Cameroun. C’est une question de semaine, voire de quelques jours. Les équipes sont déjà prêtes et à pied d’œuvre. L’ambition est de créer une super application, qui regroupe de nombreux services sur une seule interface, notamment le transport des biens et personnes, le e-commerce et la fintech… », indique Emeka Ajene. Gozem va en effet, par cette expansion géographique, renforcer sa présence en Afrique Centrale. Sa stratégie d’internationalisation a pour objectif l’augmentation de sa base d’utilisateurs qui sont déjà au nombre de 500 000. Déjà active au Togo, Bénin, Gabon et, d’ici peu, au Cameroun, la jeune pousse cible la République démocratique du Congo, e Nigeria, le Ghana, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Rwanda.

En effet, l’extension de ses activités au Cameroun permettra à Gozem de renforcer sa présence en Afrique centrale, après le lancement de ses activités au Gabon en mai 2021. En plus de doper la concurrence sur le marché des applications offrant divers services financiers, de transport et de e-commerce, cette start-up devrait, grâce à son arrivée au Cameroun, augmenter le nombre d’utilisateurs de sa plateforme.

Pour rappel, Gozem a commencé ses activités en 2018, d’abord au Togo, puis au Bénin. A l’origine de la startup, on retrouve Grégory Costamagna et Raphaël Dana, qui se sont alliés à Emeka Ajene pour lancer l’entreprise. L’ambition est de proposer dans la même application un ensemble de services. Concrètement, l’activité initiale de la startup est un service de transports à la demande. Elle s’est lancée au Togo via les moto-taxis, puis s’est étendue aux voitures et aux tricycles. Elle a ensuite enchaîné avec le Bénin au milieu de l’année 2019. Dans ces deux pays, elle revendique 400 000 comptes créés et 2 000 chauffeurs actifs. A terme, la startup souhaite développer quatre services sur son app: le transport, la livraison, le paiement et le financement. Poussée par le Covid, elle a commencé son activité de livraison de repas. Afin d’accélérer sur ce segment au Togo, elle a mis la main sur la startup locale Delivroum, spécialisée dans le domaine. Pour le paiement, elle prévoit de lancer une cryptomonnaie en partenariat avec une banque dont elle ne dévoile pour l’instant pas le nom. Côté financement, elle propose déjà des prêts aux chauffeurs pour financer leur équipement de sécurité et leur smartphone. Cette possibilité est en train d’être étendue à leur véhicule de travail.


Esther Fossi


Articles similaires

Environnement : Le Cameroun prépare un programme de valorisation de ses déchets solides

Hervé Fopa

Afrique centrale : De nouveaux intermédiaires sur le marché financier

Hervé Fopa

Evaluation : Ces facteurs qui menacent la nutrition infantile

Hervé Fopa
error: Content is protected !!