Accueil Agrobiz Environnement : La pollution automobile à l’origine 4 millions de cas d’asthme...

Environnement : La pollution automobile à l’origine 4 millions de cas d’asthme par an

48
0
Partager

C’est ce que révèle une étude publiée dans la revue Lancet Planetary Health en avril 2019. 

Les émissions liées aux transports sont une forme de pollution qui affecte particulièrement les citadins. Une nouvelle étude publiée dans la revue Lancet planetary health indique en effet que la pollution automobile engendre 4 millions de cas d’asthme infantile par an, soit « 11 000 nouveaux cas par jour ». Il s’agit informe-t-on de la première évaluation mondiale des conséquences des émissions dues à la circulation sur l’asthme chez les enfants sur la base de données de pollution à haute résolution.

Le principal polluant étant  le dioxyde d’azote, est produit en grande partie par les véhicules diesel. « Il s’agit d’une étude importante qui montre à quel point les émissions des véhicules sont dangereuses pour les enfants résidant dans les zones urbaines », affirme Soraya Smaoun, experte à ONU Environnement.

Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé, 235 millions de personnes souffrent d’asthme, la maladie chronique la plus répandue chez les enfants. Plus de 80% des décès dus à l’asthme surviennent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. Pour l’ONU environnement, la journée mondiale de l’asthme qui s’est célébrée le 7 mai 2019 avait pour objectif de rappeler que les personnes souffrant des problèmes respiratoires chroniques sont particulièrement vulnérables à toutes les formes de pollution atmosphérique.

Méfaits de l’urbanisation

Les principaux facteurs de risque qui provoquent l’asthme sont « une combinaison d’une prédisposition génétique et d’une exposition environnementale à des substances inhalées et à des particules pouvant provoquer des réactions allergiques ou irriter les voies respiratoires. Les allergènes d’intérieur, tels que les acariens de la poussière de maison dans la literie, les tapis ou les squames d’animaux de compagnie, sont des facteurs aggravants pour les personnes asthmatiques, les allergènes extérieurs tels que le pollen et la fumée du tabac ». Pour l’Organisation mondiale de la santé, l’urbanisation est associée à une augmentation de l’asthme.

17 millions de bébés  respirent l’air toxique

L’oxyde nitrique (NO) et le dioxyde d’azote (NO2), collectivement appelés NOx, sont émis par les véhicules à essence et diesel, ainsi que par la production d’énergie. Ce sont des polluants majeurs qui causent des maladies cardiaques et respiratoires et qui continuent à augmenter rapidement dans les pays en développement. Selon les statistiques, neuf personnes sur dix dans le monde sont exposées à des niveaux de polluants atmosphériques supérieurs aux standards établis par l’Organisation mondiale de la santé. D’après le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, 17 millions de bébés dans le monde respirent un air toxique.

Adopter des formes d’énergie renouvelable

Pour limiter les dégâts causés sur le plan sanitaire par la pollution automobile, plusieurs solutions sont préconisées. Selon l’ONU environnement, les municipalités peuvent choisir d’établir des zones d’air salubre destinées aux enfants qui se rendent à l’école et minimiser la circulation automobile sur certains itinéraires. À l’échelle mondiale, il est possible de « réduire la pollution atmosphérique en adoptant des formes d’énergie renouvelables et en réduisant fortement les émissions dans le secteur des transports. Planter des arbres est également très important. Faire ces changements maintenant est essentiel pour que nos enfants ne souffrent pas de problèmes de santé irréversibles qui limitent leur avenir ».

Dans ce sens, la campagne mondiale Respire la vie, menée par l’Organisation mondiale de la santé, la Coalition des Nations Unies pour l’environnement et le climat et la qualité de l’air, « soutient une série d’initiatives d’assainissement de l’air impliquant 55 villes, régions et pays et s’adressant à plus de 153 millions de personnes ». La pollution de l’air est le thème de la Journée mondiale de l’environnement qui aura lieu le 5 juin 2019. La qualité de l’air « que nous respirons dépend des choix de vie que nous faisons chaque jour ». Le pays hôte de la Journée mondiale de l’environnement 2019 est la Chine.

Hervé Fopa Fogang