Accueil Economie Environnement : L’Afrique centrale à la recherche des financements verts

Environnement : L’Afrique centrale à la recherche des financements verts

220
0
Partager

Ceci pour réaliser des  projets dans les domaines de l’économie bleue, l’économie verte et la lutte contre les changements climatiques y compris celle contre la pauvreté.

Brazzaville va accueillir du 27 au 29 avril 2018 à l’initiative de Denis Sassou N’Guesso, président de la République du Congo  le premier sommet des Chefs d’Etats et de gouvernement de la Commission climat du bassin du Congo. Avec comme invité spécial Sa Majesté Mohammed VI, roi du  Maroc. Il est l’initiateur du Sommet de l’action de Marrakech ayant débouché sur la création de trois commissions dédiées à la région du Sahel, la région du Bassin du Congo et la région du bassin des Etats insulaires. Le Sommet de Brazzaville qui verra la participation de dix neufs chefs d’Etats d’Afrique centrale et de l’Est, du président de la Banque africaine de développement et du président de la Commission de l’Union Africaine vise à collecter les ressources destinées à financer les programmes et projets dans les domaines de l’économie bleue, l’économie verte et la lutte contre les changements climatiques y compris celle contre la pauvreté.

Aussi,  ce Sommet permettra  de faire le bilan des activités de la Commission climat du Bassin du Congo et du Fonds bleu pour le Bassin du Congo et permettre aux Chefs d’État d’endosser des outils nécessaires pour accélérer leur opérationnalisation en lien avec les attentes des États, du secteur privé, des populations et des partenaires techniques et financiers. En effet,   l’initiative du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, portée lors de la COP 22 à Marrakech (Maroc) par le président du Congo Denis Sassou N’Guesso avec l’appui de la Fondation Brazzaville pour la paix et la préservation de l’environnement, a pour ambition de redéfinir les bases d’une économie collaborative associant exploitation raisonnée des forêts et gestion durable des eaux des côtes maritimes, du fleuve Congo et de ses affluents.

« Après la COP 23 à Bonn en Allemagne, le One Planet Summit à Paris et le Sommet de l’alliance solaire internationale à New Dehli, le Sommet de Brazzaville contribue à la promotion de la finance climatique, de l’économie verte et de la diplomatie environnementale non seulement dans le Bassin du Congo, mais également dans le monde », souligne Arlette Soudan Nonault, ministre du tourisme et de l’environnement du Congo.

Par ailleurs, elle ajoute que la connaissance, l’utilisation durable et l’interaction des biodiversités terrestres, marines et côtières, ainsi que la préservation des ressources en eau et la promotion subséquente de l’économie bleue, nécessitent des actions concertées des pays riverains et la disponibilité de ressources financières suffisantes et adaptées pour soutenir des projets d’intérêt commun. Le Bassin du Congo est le deuxième poumon  de la planète après l’Amazonie. Cependant les statistiques révèlent que 11 pays de la zone sont touchés par la dégradation de ce bassin qui représente 220 millions d’hectares de forêts. Le Fonds bleu, qui prévoit des projets hydroélectriques, de traitement des eaux ou d’irrigation des terres cultivables, cherche à mobiliser des financements pour résoudre ce problème.

Hervé Fopa Fogang