Accueil Agrobiz Environnement : Retombées du projet d’amélioration de la gouvernance forestière dans...

Environnement : Retombées du projet d’amélioration de la gouvernance forestière dans le Bassin du Congo

137
0
Partager

Lancée en avril 2016, l’initiative CoNGOs qui est arrivé à son terme en mars 2019 avait pour objectif de contribuer au  développement d’une foresterie communautaire équitable et durable.

Les 29 et 30 mars 2019 a eu lieu à Yaoundé un atelier de restitution des résultats du projet CoNGOs. En effet, pendant trois ans, ce projet géré par un Consortium britannique d’ONG a travaillé sur trois actions spécifiques. Selon le Centre pour l’environnement et le développement (CED) plusieurs résultats ont été atteints à savoir : l’amélioration des données probantes sur les options viables pour la foresterie communautaire, y compris le renforcement des droits produites et vérifiées par les parties prenantes concernés dans les pays du bassin du Congo. Aussi, il y a eu le renforcement de la capacité des organisations communautaires à étudier des solutions en matière de sécurité des droits sur les ressources et les options de production forestière et agricole commerciale et d’articuler les changements politiques dans les processus nationaux de gouvernance forestière et de planification de l’utilisation des terres.

Dans la même veine, il y a eu l’application et la  mise en œuvre plus efficaces des politiques dans le but de soutenir une foresterie communautaire durable et rentable grâce à la coopération entre les détenteurs de droits, les organisations de la société civile et des institutions nationales au sein de processus politiques infranationaux, nationaux, régionaux et internationaux.

La foresterie communautaire représente un moyen par lequel les parties prenantes dans le bassin du Congo ont cherché à soutenir la gestion et le développement des ressources durables participatives. Le projet CoNGOs est un consortium dirigé par l’Institut international pour l’environnement et le développement (IIED) composé de Fern, du Centre pour l’environnement et le développement  (CED) et de l’African institute for social and Economic development (INADES Cameroon).

Hervé Fopa Fogang