Accueil High Tech Face App : « l’utilisateur renonce à avoir des droits » sur...

Face App : « l’utilisateur renonce à avoir des droits » sur ses photos

62
0
Partager

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) appelle les internautes à la prudence après l’utilisation massive de l’application FaceApp. Celle-ci vieillit le portrait de ses utilisateurs et se réserve, dans le même temps, le droit d’utiliser leur visage à des fins commerciales. Si l’application est gratuite, le diable se cache dans les détails, ou plutôt dans les conditions générales d’utilisation qui stipulent que l’application se réserve le droit d’utiliser votre visage à des fins commerciales. Une information qui a surpris de nombreux utilisateurs, peu attentifs. Ainsi, le CNIL appelle à la prudence.

« Les personnes qui téléchargent l’application cèdent la propriété d’une part de l’image captée, c’est-à-dire du portrait originel, mais également de sa version altérée, présentée comme vieillie », explique auprès d’Europe1 Nicolas Arpagian, auteur de La Cybersécurité. « C’est une cession permanente, quelle que soient les utilisations, commerciales ou non », précise ce spécialiste. « La photo peut être modifiée.

Sur ce cliché-là, l’utilisateur renonce à avoir des droits juridiques », insiste-t-il. Concrètement, la CNIL attire l’attention des utilisateurs sur le fait que demain, ils peuvent trouver leur image sur une publicité à caractère commerciale par exemple. Il faut dire que, plusieurs abonnés se sont versés dans la nouvelle application de Facebook sans toutefois savoir les pièges de cet outil qui offre à l’utilisateur l’occasion d’avoir une idée de son image des années plus tard.

Esther Fossi