Accueil Finances Finances : Selon le FMI, le Cameroun court un risque élevé de...

Finances : Selon le FMI, le Cameroun court un risque élevé de surendettement

43
0
Partager

Alors que les partenaires extérieurs s’inquiètent des difficultés recensées dans la mise en œuvre au Cameroun sur des ressources extérieures, le gouvernement pour sa part, balaie du revers de la main, les craintes relatives à un surendettement du Cameroun. Pourtant pour le FMI, il faut préserver la viabilité de la dette.
Pour préserver la viabilité de la dette, le Fonds estime qu’il est important de respecter strictement le plan de décaissement pour les prêts contractés mais non décaissés et de limiter les emprunts non concessionnels aux projets macrocritiques pour lesquels aucun financement concessionnel n’est disponible.

L’amélioration du climat des affaires et de la gouvernance est essentielle pour promouvoir une croissance inclusive et dirigée par le secteur privé. Des mesures audacieuses doivent être prises pour renforcer l’application des contrats, améliorer la conformité avec les recommandations de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) et les normes de LBC / FT, réduire les prêts non performants et de résoudre les banques en difficulté. De nouvelles mesures visant à diversifier la base d’exportation et à améliorer l’efficacité des investissements restent essentielles pour libérer le potentiel de croissance du Cameroun.

« Le programme du Cameroun continue d’être soutenu par les politiques et les réformes des institutions régionales dans les domaines de la réglementation des changes et de la politique monétaire et une reprise des avoirs extérieurs nets régionaux qui est essentielle au succès du programme », souligne le FMI.
L’accord triennal du Cameroun a été approuvé le 26 juin 2017 pour un montant de 483 millions de DTS (environ 666,1 millions de dollars, soit 175% du quota du Cameroun .L’arrangement entre le Cameroun et le FMI vise à soutenir les efforts du pays pour rétablir la viabilité extérieure et budgétaire et à jeter les bases d’une croissance plus durable, inclusive et tirée par le secteur privé.
JJO

Partager