Accueil Business Les bénéfices de la digitalisation dans le secteur des assurances

Les bénéfices de la digitalisation dans le secteur des assurances

1038
0
Partager

Ces bénéfices de la digitalisation dans le secteur des assurances

Aller à la conquête des millions d’abonnés d’internet apparait comme un impératif catégorique pour les compagnies d’assurances qui veulent vivre et s’imposer au Cameroun. Ce, à cause des multiples avantages qu’offre la digitalisation. Pour un secteur qui peine à décoller et qui souffre d’un manque criard d’adhésion des populations, l’arrimage au numérique permettrait aux compagnies d’assurances de diversifier leurs offres de services et partant susciter l’adhésion des populations. Comme on l’a dit plus haut, moins de 2% de la population ont souscrit à une police d’assurance. Ce qui est très insignifiant au vue notamment du nombre de personnes abonnées à internet.

 « La digitalisation renforce l’accessibilité. Vous n’avez pas besoin de vous déplacer physiquement pour aller souscrire à un contrat d’assurance, ou pour déclarer votre sinistre. Ça rapproche d’une certaine façon les assureurs de leur cible potentielle. Ça permet également aux compagnies d’assurance de proposer des produits d’assurance à des cibles qui pour l’instant n’étaient pas atteintes. Notamment les personnes à faible revenu », expliquait Protais Ayangma le président de P2A, lors du lancement de l’opération Assurtech  à Douala. Pour Blaise Ezo’o, Directeur des assurances au ministère des Finances « l’assurance doit saisir les opportunités du numérique pour toucher le maximum des populations, même ceux qui sont dans les zones reculées. On est sûr que la digitalisation sera un bon moyen pour accroitre le taux de pénétration de l’assurance au Cameroun qui est actuellement encore très faible. Car, les personnes nécessiteuses de couverture d’assurance et qui pour l’instant n’y ont pas accès, pourront être touchées. Bien plus, il n’y aura plus de lourdeurs et les couts seront allégés. Ça va favoriser le développement de la micro assurance ».

Mais, la digitalisation peut-elle toute seule dynamiser le secteur des assurances ? Les acteurs du secteur répondent par la négative. En effet, d’après ceux-ci, la cause majeure de la faiblesse du taux de pénétration c’est la culture de l’assurance qui n’est pas encore encrée dans les habitudes des populations. A cela s’ajoute  l’image négative que trainent à tort ou à raison les compagnies d’assurance auprès des populations. En effet les compagnies d’assurances sont étiquetées comme étant de mauvais payeurs par les populations. Une mauvaise image qui pousse les citoyens à rejeter les services d’assurance. Mais, plusieurs personnes pensent que la digitalisation pourra permettre de relooker l’image des compagnies d’assurances auprès des populations. Des assureurs à l’instar de Protais Ayangma se veulent plutôt confiants. « La digitalisation va garantir la transparence. A partir du moment où les assureurs seront confrontés aux assurés directement, nous parions qu’ils vont également améliorer leur service. Et parmi ces services, l’indemnisation des sinistrés ».

Les outils de l’assurance de demain

Cependant, il faut dire que bien que les compagnies d’assurance ont compris la nécessité de se digitaliser, leurs sites internet restent inactifs. «La majorité des sites web des assureurs africains de nos jours ne sont rien d’autre que de simples interfaces muettes sur où le client n’a pas de conseils personnalisés. En dehors des réseaux sociaux qui ne sont qu’une extension du site web et parfois dépourvus d’informations de base, vous devrez équiper vos sites web de modules de d’assistance personnalisée permettant aux technico commerciaux d’entamer la discussion à partir de leurs smartphones 24H/24 avec les visiteurs du site web», a conseillé Mireille Fomekong, Conseil en Marketing et Communication, lors de l’AG de la Fanaf. Pour cette dernière, des activités comme le community management, le buzz management, l’e-réputation, l’e-influence ou la gestion des ambassadeurs doivent être les principaux outils de la communication des Assurances demain…