Partager

Doctorant au département de biologie des organismes animaux de l’université de Douala, il représentera le Cameroun à la finale internationale qui se  déroulera  le 27 septembre 2018.

La finale nationale 2018 du concours « Ma thèse en 180 secondes », organisée par la direction régionale Afrique centrale et des Grands lacs de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), s’est déroulée le 1er juin 2018  à Yaoundé. Neuf doctorants, issus des universités et regroupements universitaires camerounais membres de l’AUF, ont présenté leur travail de recherche en 180 secondes chrono. Au finish, c’est Philippe Belle Ebanda Kedi, étudiant au département de Biologie des organismes animaux de l’université de Douala qui a remporté la finale nationale avec comme sujet de thèse : « Synthèse verte, caractérisation et évaluation des effets anti-inflammatoires et antioxydant des nanoparticules d’argent de selaginella myosurus ».

Avec ce sacre, il obtient ainsi son passeport pour représenter le Cameroun à la finale internationale du concours «  Ma thèse en 180 secondes » qui se déroulera à Lausanne en suisse le 27 septembre 2018. « Je suis très heureux d’avoir remporté ce prix au niveau national. Le jury m’a demandé de mettre un peu d’humour dans ma présentation la prochaine fois. C’est ce que je vais faire maintenant en attendant la finale internationale où j’espère valablement représenter le Cameroun », explique  Philippe Belle Ebanda Kedi.

Pour sa part, Arsene Delors Foyet Gankam a obtenu le premier prix du public et le deuxième prix du jury. Ce doctorant inscrit au département de géographie de l’université de Yaoundé I est arrivé en deuxième position  lors de la finale nationale. Il a pour sujet de thèse : «  Tourisme et développement durable dans la région du Centre Cameroun : enjeux de la création des labels environnementaux et sociaux ». « C’est vrai que j’ai postulé pour gagner mais ça n’a pas été le cas. Je me réjouis tout de même de rentré avec mon Trophée et je remercie le public d’être venu nombreux. Je compte encore postuler l’année prochaine puisque j’ai encore cette possibilité même si je soutiens », a déclaré Arsene Delors Foyet Gankam à la fin de la finale nationale.

Pour sa première participation en 2015, le Cameroun était représenté par Victoria Amba, doctorante de l’université de Ngaoundéré. Justine Germo Nzweundji (université de Yaoundé I) a été la finaliste de 2016. Le 28 septembre 2017 à Liège en Belgique, c’est Ahri Bernie Djamen Mbeunkeu qui avait eu le privilège de représenté le Cameroun.

Valoriser la communauté scientifique francophone

Inspiré du concours australien « Three minutes thesis », « Ma thèse en 180 secondes » a été initié au Québec en 2012 par l’Association francophone pour le savoir (ACFAS). Ce concours lance aux doctorants francophones le défi de présenter l’objet de leurs années de recherches en trois minutes. L’objectif est d’exposer le sujet de leur thèse en français de façon claire, concise, convaincante avec une seule diapositive pour support. Cet événement contribue au développement des pays participants et plus globalement à la valorisation de la communauté scientifique francophone dans son ensemble. Pour l’AUF, ce concours suscite l’émergence de nouvelles générations de chercheurs francophones et leur offre l’occasion de rencontrer des chercheurs issus d’autres pays et d’autres disciplines.

Hervé Fopa Fogang

 

Partager