Partager

Il est décédé le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans des suites du Coronavirus.

L’une des légendes du makossa qui faisait rayonner la musique camerounaise dans le monde entier vient de s’éteindre. Une  triste nouvelle pour les fans. La mort de Manu Dibango a suscité une vague d’émotions à travers le monde car sa musique avait traversé les frontières. Sur les réseaux sociaux, l’émotion est vive. Les hommages au saxophoniste et  se comptent par milliers sur Twitter, où les anonymes comme les personnalités saluent la mémoire de l’artiste.

« Covid19 dérobe le monde le monde, le monde la musique, l’Afrique d’un homme de très grande valeur. Cher Manu : nous gardons ta musique, ton rire et tout le bonheur que tu as donné » a écrit  Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de la Francophonie sur son compte twitter. « Avec la disparition de Manu Dibango, l’Afrique perd une légende musicale inspirante et inoxydable. Je salue la mémoire de cet orfèvre hors-pair du saxophone qui laisse au monde une œuvre inégalée. Je pense à sa famille et ses proches » a quant à lui toujours sur twitter écrit Roch Kabore, président du Burkina Faso.

Pour le président sénégalais, Macky Sall, Manu Dibango était un grand musicien africain. «  Sa longue carrière est un exemple d’audace créatrice, d’innovations et de constance » souligne-t-il. « Ce jour, un immense artiste s’en est allé. Manu Dibango était un saxophoniste de  génie qui lègue à l’Afrique et au monde une œuvre immense, mais également un être exceptionnel, plein de jovialité et d’humanité.  Repose en paix « papa Manu ». Ta musique restera éternelle » peut –on lire sur la page facebook d’Ali Bongo Ondimba, président de la République du Gabon.

« Il a touché à toutes les musiques du Continent »

Pour Alain Belibi, ancien  journaliste à la Crtv, Manu Dibango représentait une partie de l’image du Cameroun à l’extérieur. « Le Covid19 a emporté l’une de nos plus grandes légendes. Un homme  qui m’a impressionné en plus de son talent par sa force malgré le poids des années, par sa sérénité et son incroyable humilité. J’ai toujours pensé qu’il était éternel et il l’est » souligne  Brice Albin, chef de chaîne de Radio Sweet Fm à Douala.

« La disparition de Manu Dibango est une perte immense. En premier lieu, tout le  monde pense au  milieu de la musique où il a tant apporté. N’oubliez pas qu’il est l’un des grands talents qui a donné naissance aux musiques africaines modernes…c’est quelqu’un qui a touché à toutes les musiques du Continent que ce soit d’Afrique centrale ou de l’Ouest. Il a apporté son talent et son génie aussi  au monde. Il aurait manqué quelque chose dans la discographie de Michael  jackson sans le petit vol de soul makossa sorti en 1972 et qui n’était qu’une face b. Et ce titre est devenu le plus emblématique de son répertoire et la chanson africaine la plus connue à travers le monde » affirme Claudy Siar, animateur de l’émission Couleurs Tropicales sur Radio France Internationale (RFI).

Dans la même veine, il ajoute : « Pour moi c’était un grand frère. Il m’a accompagné tout au long de ma carrière. Il a toujours été là lorsque  j’avais besoin de lui. Comme vous pouvez le constater il est la voix de Couleurs Tropicales dans les jingles. Le Coronavirus tue les noirs…Il tue tout le monde. Il y’a pas deux humanité, il y’a une seule humanité.  Il a emporté le plus panafricaniste des panafricanistes. Le symbole d’un monde pluriel. Pour lui il y’avait pas de barrière ethnique et religieuse. C’est ce que nous devons retenir de Manu Dibango ».

Plagié par Michael Jackson et Rihanna

« Soul Makossa », chanson de Manu Dibango  enregistrée en 1972 a eu un retentissement mondial et est l’un de ses plus grands succès. Le « mythique sample de saxophone du morceau » a même été repris par des poids lourds de la musique internationale : Michael Jackson et Rihanna. Michael Jackson « empruntera » la mélodie pour la chanson « Wanna Be Starting Something », et sera accusé par le musicien camerounais de plagiat. Dans les années 80, l’affaire se clos sur un accord financier entre les deux artistes. Rebelote en 2009, mais cette fois, c’est la chanteuse Rihanna qui reprend la mélodie de « Soul Makossa » de Manu Dibango pour son titre « Don’t Stop The Music ».

Une vie de concerts

Le musicien  Manu Dibango laisse derrière lui une carrière immense « dirigée par la passion ». Et jusqu’au 17 octobre 2019, Manu Dibango, infatigable et saxophone à la main, célébrait ses 60 ans de carrière sur la scène du Grand Rex de Paris, accompagné par l’Orchestre Lamoureux. Cette année, le saxophoniste  devait remonter sur scène en Martinique dès le  17 avril 2020. En plus de sa vie de musique et de concerts, Manu Dibango s’était engagé en 2018 aux côtés de Juliette Binoche en signant une tribune contre le réchauffement climatique, intitulée « Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité », publiée en Une du Monde. Emmanuel N’Djoké Dibango, alias Manu Dibango, est né le 12 décembre 1933, à Douala. Il aura fait le tour du monde en saxo.

Hervé Fopa Fogang

Partager