Accueil Business Normalisation : Plus de 60% de produits locaux non conformes selon l’Anor

Normalisation : Plus de 60% de produits locaux non conformes selon l’Anor

61
0
Partager

L’Agence des Normes et de la qualité a organisé le 20 décembre 2019 à Yaoundé, un séminaire de renforcement des capacités des journalistes sur ses activités. Les assises ont entre autre permis de relever des résultats en matière d’évaluation de conformité sur des produits fabriqués localement.

Le but du séminaire était de revoir la collaboration entre les médias et l’Agence des Normes et de la qualité (Anor). Occasion pour l’agence de présenter ses missions et ses objectifs. Au cours des discussions avec les experts, les hommes des médias ont été édifiés sur les principes de normalisation, d’évaluation de la conformité, d’accompagnement à la démarche qualité, de programme d’évaluation de la conformité avant embarquement des marchandises ainsi que de contrôle qualité des produits sur le marché. Au 20 décembre 2019, l’Anor relevait 60 à 70% de non-conformité des produits fabriqués localement.
Evaluation de la conformité locale
C’est un contrôle fait à base des normes. En effet, au niveau de l’Agence des normes et de la qualité il est question d’évaluer que les produits fabriqués localement respectent ces normes. Toutefois, le certificat de conformité est nécessaire pour les opérateurs économiques. Il leur permet de faire circuler librement leurs produits sur le plan national et est exigé lors des contrôles sur le marché. Cependant, il faut rappeler que la certification et les contrôles ne sont pas gratuits. De même, les prix varient en fonction des produits.
4 à 6 semaines pour les audits
Tout doit être conforme à la norme. Après les missions de contrôle, il y a des audits. Une étape pouvant durer 4 à 6 semaines selon le produit. Au Cameroun, la non-conformité des produits du terroir est évaluée autour de 60 à 70%. Dans ce cas précis, une lettre d’action corrective est adressée à l’opérateur pour apporter des preuves de correction, pour une durée comprise entre 3 et 6 mois. A partir de cette année 2020, l’Anor va délivrer des certificats pour une validité de 3 ans, afin de soulager les opérateurs dont les certificats tiennent entre 6 mois et 1 an.
Pour les produits importés, l’évaluation de conformité concerne ceux pour lesquels la norme est rendue d’application obligatoire. A ce niveau, l’évaluation obéit à deux décisions. D’abord l’inspection et la délivrance d’une attestation de conformité par les organismes techniques (SGS, Intertech), ensuite un contrôle avant la délivrance d’un certificat de conformité par l’Anor. Toutefois, avant embarquement des produits pour le Cameroun, les inspections systématiques sont obligatoires. Ainsi, pour la route A, le coût est de 0,45% de la valeur forte des cargaisons envoyées au pays. La route B est à 40% tandis que la route C représente 0,27%.
Ce qu’il faut savoir c’est que, la mise en place de ces barrières a épargné le Cameroun des mauvais produits. Régie par un décret du 1er juillet 2015, l’évaluation de la conformité des produits importés a débuté au Cameroun le 31 août 2016. Depuis 3 ans, 30% des dossiers reçus en matière d’évaluation ont été rejetés.
Julie Bilo’o Lindjeck

Partager