Accueil Economie Performances : Le difficile redécollage de la Semry malgré les subventions du...

Performances : Le difficile redécollage de la Semry malgré les subventions du gouvernement

20
0
Partager

L’entreprise d’un capital de 4 milliards 580 millions FCFA éprouve toujours de nombreuses difficultés de fonctionnement, malgré la signature d’un contrat-plan avec l’Etat du Cameroun d’un montant de plus de 8 milliards FCFA, couvrant la période 2013-2017, prorogé jusqu’en 2019 par les avenants.

Les résultats de la Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua (Semry) sont en constante baisse depuis 2016. Les plantations de l’entreprise continuent d’enregistrer plusieurs dégâts occasionnés par les attaques des oiseaux granivores et le tard dans l’installation de nouvelles rizières. Le coût de l’exécution des missions de service reste très élevé. La Semry continue de subir une concurrence commerciale déséquilibrée sur son secteur d’activités, du fait de l’importation massive du riz asiatique largement subventionné.

La capacité de production du plateau technique mis en place au terme du processus de réhabilitation est sous exploité.
C’est ce qui ressort du rapport sur la situation des entreprises publique et des établissements publics au 31 décembre 2018. Le rapport indique à date, la SEMRY n’est pas encore arrimée à la loi du 12 juillet 2017, portant statut général des entreprises publiques. L’entreprise d’un capital de 4 milliards 580 millions FCFA éprouve toujours de nombreuses difficultés de fonctionnement, malgré la signature d’un contrat-plan avec l’Etat du Cameroun d’un montant de plus de 8 milliards FCFA, couvrant la période 2013-2017, prorogé jusqu’en 2019 par les avenants.

La poursuite des différentes restructurations : infrastructurelle ; opérationnelle ; technique et financière ont toujours du mal à se concrétiser. Le résultat de la structure est en baisse constante depuis 2016 à cause d’un déficit financier structurel, conséquence de la fixation par voie administrative du prix de la redevance (50% du coût de mise en valeur des parcelles), qui ne permet pas la couverture totale des charges d’exploitation. Entre 2016 et 2018, le chiffre d’affaires de l’entreprise est passé de 1 milliard 298 millions FCFA à 1 milliard 416 millions FCFA. Les dettes fiscales de la Semry sont passées de 1 milliard 800 millions FCFA à plus de 3 milliards FCFA.
Jean Daniel Obama

Partager