Accueil Aujourd’hui Perspectives : Les engagements de Paul Biya pour le nouveau septennat

Perspectives : Les engagements de Paul Biya pour le nouveau septennat

43
0
Partager

Lors de sa prestation de serment le 6 novembre 2018  à Yaoundé, celui qui préside aux destinées du Cameroun depuis 36 ans a dévoilé les grandes lignes des actions qu’il entend mener.

Le président de la République Paul Biya a prêté serment cette semaine pour la 7ième fois consécutive pour un mandat de 7 ans (2018-2025). Dans son discours de circonstance, il a décliné les grandes lignes de la politique générale du septennat qui s’annonce. « D’une façon générale, au cours du septennat qui s’annonce, nous veillerons à consolider nos acquis, tout en explorant les pistes nouvelles, nous permettant de saisir toutes les opportunités d’un monde en constante évolution. Dans cet esprit, il va de soi que nous allons poursuivre nos réformes structurelles afin de renforcer notre équilibre budgétaire et de conforter la soutenabilité de notre dette. Des finances saines sont en effet la condition de l’attractivité d’une économie et, donc, de son aptitude à accueillir les investissements » a déclaré Paul Biya.

Dans la même veine, il a ajouté qu’il semble opportun de développer les secteurs de l’économie qui pourront réduire sensiblement les importations des biens et services. « Cette politique présentera l’avantage de nous permettre de rééquilibrer notre balance commerciale chroniquement déficitaire » a expliqué l’homme du 6 novembre 2018.

Révolution agricole

Pendant le prochain septennat, le président  Paul Biya entend réaliser une véritable « révolution agricole ». Ceci passera par la modernisation des moyens de production et la transformation des produits agricoles. « Cela devrait aller de pair avec la mise à disposition de nouveaux équipements. Magasins de stockage et routes d’accès. Ainsi pourrait se conforter notre statut de grenier de l’Afrique Centrale. Une économie moderne ne saurait se concevoir sans l’existence d’un secteur industriel performant. Nous disposons d’un Plan Directeur d’Industrialisation qui définit les contours et le contenu d’un projet d’envergure dans ce domaine. Sa réalisation sera une des tâches prioritaires du septennat. L’industrie, comme l’agriculture, exigent un apport d’énergie stable et suffisant», martèle Paul Biya.

Et d’ajouter : « Mais nous ne nous arrêterons pas là. Nous continuerons d’exploiter tous les sites et cours d’eau disponibles afin de faire du Cameroun un grand producteur d’électricité dans notre continent. Nous ne délaisserons pas pour autant les zones rurales en les dotant progressivement de centrales solaires. De la même façon, nous continuerons à développer nos infrastructures de transport (routes, ports, aéroports) au bénéfice de notre économie, mais aussi pour faciliter les communications avec nos voisins ».

Aussi, le président de la République a affirmé qu’il doit consacrer tous ses efforts à favoriser la relance de la croissance économique, créatrice d’emplois, notamment pour les jeunes, et susceptible d’améliorer le pouvoir d’achat, faciliter l’intégration sociale des jeunes en développant encore davantage le système éducatif à tous les niveaux, et en mettant l’accent sur la professionnalisation, lutter contre l’exclusion, notamment par une meilleure protection des personnes vivant avec un handicap, améliorer l’accès aux services publics  de l’eau potable et de l’électricité…

Hervé Fopa Fogang