Partager

La structure éprouve entre autres plusieurs difficultés à examiner et proposer les grandes orientations en matières statistique.

 L’appareil statistique de l’Etat rencontre des difficultés dans la coordination et la gouvernance statistique. La compréhension du fonctionnement du système national d’information statistique n’est pas maîtrisée par les responsables des diverses administrations publiques et des responsables des unités en charge de la statistique. Sur le plan de la qualité, l’on relève encore des insuffisances dues en grande partie à l’absence d’une démarche objective permettant de prendre en compte les normes de qualité à toutes les étapes du processus de production statistique.

L’institut national de la statistique (INS), a beaucoup de difficultés à assurer la concertation nécessaire entre les producteurs, les consommateurs de l’information statistique et les assujettis aux enquêtes statistiques. La structure éprouve entre autres plusieurs difficultés à examiner et proposer au gouvernement, les grandes orientations en matières statistique ainsi que les projets de plans et programmation à moyen et long terme de développement de la statistique.

C’est ce qui ressort de la 18ème session ordinaire du Conseil national de la statistique, tenu hier lundi 16 décembre 2019 à Yaoundé. « Fort heureusement, notre pays s’est engagé depuis 2016, à travers l’INS, dans une démarche qualité qui devrait permettre au système statistique national de mettre à la disposition des utilisateurs, des données pertinentes, fiables et en temps opportun » a expliqué Alamine Ousmane Mey, le ministre de l’Economie, à l’ouverture des travaux.

En ce qui concerne le financement du développement de la statistique, Alamine Ousmane Mey a rassuré que le rapport national sur les appuis financiers à la statistique réalisé sous la conduite de l’INS en 2018 a permis d’apprécier le volume et l’affectation des financements au système statistique national (SSN), pendant la période 2012-2017. Il ressort de ce financement que, les appuis financiers du gouvernement ont surtout bénéficié à la gouvernance (86%), les infrastructures (8%) et la santé (5%).

Jean Daniel Obama

Partager