Accueil Economie Présidentielle 2018 : Saint Eloi Bidoung charge Paul Biya

Présidentielle 2018 : Saint Eloi Bidoung charge Paul Biya

773
0
Partager
Saint Eloi Bidoung ,1er adjoint au maire de la commune de Yaoundé VI

A trois mois du scrutin,  à travers une vidéo en circulation sur les réseaux sociaux, le 1er adjoint au maire de la commune de Yaoundé VI présente un bilan peu élogieux  des 36 ans de règne du président de la République.  

5 minutes et 40 secondes. C’est le temps que dure le vidéogramme réalisé par Saint Eloi Bidoung, 1er adjoint au maire de la Commune de Yaoundé VI. Sur fond bleu, habillé de paroles d’acteurs politiques, elle dresse en quelque sorte le bilan de Paul Biya, 36 ans à la magistrature suprême. L’auteur de la vidéo laisse voir comment le président Biya et son entourage ont géré le pays. Pas de routes, ni d’écoles. Des images accablantes de militaires tuées, de familles déplacées etc.

« Aujourd’hui, le Cameroun est au bord de la catastrophe. Le Cameroun d’aujourd’hui, n’est pas à l’image du président Ahidjo où des pères fondateurs de l’UNC ». Raison pour laquelle, Saint Eloi Bidoung s’oppose aux appels à candidature entendus çà et là.  « Ceux qui en appelle à cor et à cri à la candidature du président Biya, à l’élection présidentielle, je suis convaincu qu’ils n’aiment pas le Cameroun. Parce que vous ne pouvez pas demander à un monsieur qui a passé 60 ans de haute administration. Au niveau le plus élevé de se porter candidat au moment où on peut estimer qu’il est en droit de se reposer. Le président Biya a dit un jour que la retraite n’est pas une sanction mais un mérite. Ces gens n’aiment pas le Cameroun. Ces gens n’aiment pas le Cameroun et ils savent pourquoi ils font des appels à candidature ».

Pourtant, apprend-on du vidéogramme, que Laurent Esso, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Magloire Séraphin Fouda, SG/PM, Paul Atanga Nji aujourd’hui Minat, Louis-Paul Motaze, ministre des Finances, Amadou Ali, Grégoire Owona, Fame Ndongo du Minesup sont en train de trahir les Camerounais. « Moi j’ai 58 ans, ces gens ont accompagné le président Biya depuis 36 ans pour ma part je pense qu’ils étaient à l’école du pouvoir. Alors je voudrais leur dire  que les Camerounais ont cru qu’ils pouvaient prendre la relève ».

Biya, meilleur risque pour qui ? se demande Saint Eloi Bidoung. Autant dire que l’ère Ahidjo était parfaite. « Ahidjo se préoccupait des habitants du Cameroun, du peuple camerounais. Toute son ambition c’était le Cameroun. Il n’avait qu’une passion, un souci : le Cameroun. C’était quelqu’un qui voyait loin. Ahidjo a toujours rendu le pays riche. C’était quelqu’un qui avait une détermination et qui était ambitieux au point que personne ne peut imaginer. Avec Ahidjo vous pouviez vivre 10 ans, 100 ans sans problèmes », apprend-on de la vidéo du 1er adjoint au maire de la commune de Yaoundé VI.

In fine, Saint Eloi Bidoung  profite pour livrer son intention. «Je ne suis pas entré dans un parti politique pour accompagner les gens. Je suis entré dans un parti politique pour faire mes bancs. Et c’est pour ça que moi Saint Eloi Bidoung, je me suis porté à la présidence du parti national du RDPC et je ne vais pas vous cacher la plus noble des intentions que j’ai c’est de gouverner le Cameroun et pour gouverner le Cameroun il faut être dans un parti politique, en avoir la présidence pour être le candidat. C’est pour ça que j’appelle le président à ne pas céder au chant de ces sirènes qui lui demande de se présenter après toute cette haute trahison ».  Son vœu est de voir la démocratie s’appliquer d’abord au sein de son parti. « Chers camarades. Paul Biya a 85 ans. Regardons vers l’avenir que la démocratie commence dans le RDPC » lâche-t-il.

Christelle Belibi