Accueil Economie Programme triennal: Le FMI satisfait de l’implémentation de ses mesures

Programme triennal: Le FMI satisfait de l’implémentation de ses mesures

715
0
Partager

Selon le rapport de l’institution de Bretton Woods de janvier 2018 , tous les objectifs quantitatifs à fin juin 2017 ont été atteints avec une certaine marge.

Le Cameroun de plus en plus crédible devant les institutions de Bretton Woods. Après une année de résilience observée à plusieurs niveaux de l’Etat, le FMI dans sa première revue de l’accord conclu au titre de la Facilitation élargie de crédit, se dit satisfait par les performances du Cameroun. Siégeant en conseil d’administration, le Fonds Monétaire International (FMI) ouvre la voie au décaissement de 82,8 millions de DTS  soit environ 117,2 millions de dollars, ce qui porte le total des décaissements au titre de l’accord à 207 millions de DTS (droit de tirage spécial) soit environ 292,9 millions de dollars. En achevant la revue, le Conseil d’administration a approuvé la demande de dérogation présentée par les autorités pour non-observation du critère de réalisation continu relatif au plafond de la nouvelle dette extérieure non concessionnelle contractée ou garantie par l’État, au vu des mesures correctives adoptées.

Selon le rapport du FMI, tous les objectifs quantitatifs à fin juin 2017 ont été atteints avec une certaine marge. Toutefois, le plafond sur la signature de nouveaux emprunts extérieurs non concessionnels  a été dépassé de manière significative car les autorités ont avancé en novembre 2017 l’entrée en vigueur d’un accord de prêt initialement prévu dans le plan d’endettement de 2018. Comme mesure corrective, le plafond des nouveaux emprunts non-concessionnels du budget 2018 a été réduit du même montant. Tous les repères structurels à fin novembre, hormis deux, ont été respectés. Concrètement, les autorités camerounaises ont joué un rôle de chef de file pour l’adoption d’une approche régionale concertée par les chefs d’État de la CEMAC, lors du sommet de Yaoundé en décembre 2016. Depuis, des programmes appuyés par le FMI ont été adoptés ou renforcés dans quatre pays membres de la CEMAC, dont le Cameroun.

Dans ce cadre, les ajustements budgétaires et extérieurs régionaux ont d’ores et déjà favorisé la stabilisation et le redressement progressif des réserves de la BEAC, qui ont atteint 2,4 mois de couverture des importations projetées en septembre 2017. L’autre force du Cameroun a été la  consolidation budgétaire sur la bonne voieLe déficit global est tombé en dessous de 2 % du PIB pour les trois premiers trimestres de 2017, comparativement à 2½ % du PIB dans les prévisions du programme et à 6¼ % du PIB en 2016. Les conditions monétaires sont restrictives. Avec le ralentissement de l’exécution budgétaire et de l’activité économique, la croissance de la monnaie au sens large a décéléré, s’établissant à 5 % à fin octobre 2017. La balance des paiements s’amélioreLe déficit du compte courant s’est contracté à 0,7 % du PIB au premier semestre de 2017 contre 1,8 % du PIB au premier semestre de 2016.

La dette publique reste contenue, mais l’accumulation rapide de prêts récemment contractés reste préoccupante. La dette publique a chuté à 31,2 % du PIB au troisième trimestre de 2017, contre 31,6 % du PIB en 2016. Même si le recours à de nouveaux emprunts connaît un ralentissement depuis l’approbation du programme en juin, les nouveaux prêts contractés du premier au troisième trimestre de 2017 se chiffrent à 1 485 milliards de FCFA (7½ % du PIB). Il en a résulté une hausse de l’encours total de la dette contractée mais non décaissée, à 24,7 % du PIB. La situation sociopolitique est de plus en plus tendue à l’approche des élections de l’automne 2018.

La crise dans les deux régions anglophones s’est intensifiée, favorisant l’émergence d’un mouvement séparatiste, suivies des activités terroristes dans le Bassin du lac Tchad et l’insécurité en République Centrafricaine (provoquant  un afflux massif de réfugiés ) contribuent à fragiliser l’économie.

Ruth Estelle Belinga

Partager