Accueil Agrobiz Sommet Action Climat : 87 entreprises s’engagent à contenir leurs émissions de...

Sommet Action Climat : 87 entreprises s’engagent à contenir leurs émissions de gaz à effet de serre

42
0
Partager

Certaines d’entre elles ont pris la parole hier, 23 septembre 2019  à New York.

Antonio Guterres, le Secrétaire général de l’ONU a organisé hier à New York le Sommet Action Climat. Il était question au cours de ce sommet de présenter les nouvelles initiatives prises par les gouvernements, les entreprises et la société civile pour renforcer leurs engagements dans la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris  mais aussi de présenter les initiatives  visant à  réduire les émissions à zéro au plus tard au milieu du siècle. L’événement a offert aux pays et aux entreprises une plate-forme leur permettant de démontrer comment ils réduiront leurs émissions d’au moins 45% d’ici 2030, ainsi qu’un objectif de neutralité carbone d’ici le milieu du siècle.

Ainsi 87 grandes entreprises se sont engagées à contenir leurs émissions de gaz à effet de serre afin de ne pas contribuer à un réchauffement climatique supérieur à 1,5°C. Parmi les 87 entreprises à s’être engagées, l’on retrouve entre autres : En+, EDP – Energias de Portugal, NRG Energy, Suez, Orange, L’Oréal, Danone, Saint-Gobain, Sodexo, EDF, Burberry, Ericsson, Electrolux, Deutsche Telekom, Nestlé, Nokia, Salesforce, Scania ou encore Schneider Electric. À elles toutes, « les entreprises adhérentes  pèsent  2 000 milliards d’euros, emploient 4,2 millions de personnes. Elles engendrent également aujourd’hui des émissions de gaz à effet de serre équivalentes à celles de 73 centrales à charbon ».

À ces 87 entreprises « s’ajoutent 350 autres qui se sont engagées à formuler leurs objectifs climatiques dans les 24 prochains mois ». Nestlé, Saint-Gobain et L’Oréal, sont allées encore plus loin en s’engageant à zéro émissions nettes d’ici 2050. Si les États travaillent à contenir les émissions de ces gaz pour éviter qu’elles n’occasionnent un réchauffement supérieur à 2 degrés d’ici 2050, les entreprises à l’origine de « l’initiative se sont engagées à limiter leur impact à 1,5°C. Et pour que leur contribution puisse être vérifiable, un organe indépendant, la Science Based Targets initiative (SBTi), s’assurera de contrôler la conformité de leurs réalisations à la science climatique. Les audits prendront 24 mois ».

Adhésion de 66 Etats à l’objectif de neutralité Carbone en 2050

Peu avant l’ouverture du sommet Action Climat, 66 Etats ont décidé informe-t-on d’adhérer à l’objectif d’une neutralité carbone d’ici 2050. Ces 66 pays se « joignent à 10 régions, 102 villes et 93 entreprises pour parvenir à un bilan de zéro émission de gaz à effet de serre d’ici le milieu du siècle, un objectif fixé par les scientifiques pour contenir le réchauffement de la terre dans les limites stipulées par l’accord de Paris de 2015, c’est-à-dire au pire +2 °C par rapport à la fin du XIXe siècle (la Terre en est à environ +1 °C) ». Aussi l’on apprend que 68 pays se sont engagés à revoir officiellement à la hausse leurs plans climat d’ici 2020, date à laquelle les 195 signataires de l’accord de Paris sont censés déposer de nouveaux engagements. 30 pays adhèrent « désormais à une alliance promettant de stopper la construction de centrales au charbon à partir de 2020 ».

Les changements climatiques se font ressentir partout dans le monde, avec des conséquences tout à fait réelles sur les vies des populations. Ils perturbent « les économies des pays, nous coûtent cher aujourd’hui et nous coûteront encore plus cher demain. Mais il apparaît de plus en plus clairement qu’à l’heure actuelle, des solutions abordables et évolutives sont disponibles qui nous permettraient de passer à des économies plus propres et plus résilientes. L’adoption de l’Accord de Paris en 2015 était une étape clé de la lutte contre les changements climatiques » relate l’ONU.

Cet Accord vise principalement à maintenir l’augmentation moyenne de température dans le monde bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels, et autant que possible à 1,5°C pendant ce siècle. L’Accord de Paris de 2015 a marqué un tournant historique. Les dirigeants du monde entier avaient conclu un nouvel accord universel sous le couvert de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Hervé Fopa Fogang

 

Partager