Accueil Les décideurs Stratégie : Le Fondateur de Huawei affiche ses ambitions pour l’Afrique et...

Stratégie : Le Fondateur de Huawei affiche ses ambitions pour l’Afrique et le Moyen-Orient

20
0
Partager

Il insiste sur le fait que, le bras de fer entre son entreprise et le pays de Donal Tump révèle purement de la politique.

Dans le cadre des manœuvres visant à faire réussir le 5G de Huawei Technologies, son Fondateur et Président-directeur général porte un œil particulier sur l’Afrique notamment celle du Nord et le Moyen-Orient. Dans le cadre du lancement de cette nouvelle technologie (5G), Huawei Technologies a affirmé son souhait de fournir cette technologie ainsi que d’autres technologies avancées aux pays du Moyens Orient et d’Afrique du Nord afin de remplir le fossé numérique et progresser en matière culturelle, éducative et industrielle.

La 5G, de par la vitesse et la largeur de sa bande passante pourrait jouer un rôle décisif dans le développement technologique et la sécurité des pays concernés, notamment avec le projet Safe City et la Smart City, comme l’explique Ren Zhengfei « Dans le passé ce qui comptait était la vitesse du transport physique alors qu’aujourd’hui, ce qui compte est la vitesse
de la circulation des informations et des données. Le but de la 5G est justement d’augmenter cette vitesse informatique ». Ren Zhengfei a rajouté : « j’estime que beaucoup de pays du Moyen-Orient peuvent constituer un groupe de pays les plus avancés en matière de 5G. Sur ce sol de 5G avec la grande vitesse, la faible latence et la large bande, la civilisation arabe va une fois de plus dégager un rayonnement magnifique ».

Possible réconciliation entre USA et Huawei pour la 5G ?

« Notre fondateur, Ren Zhengfei, a proposé de vendre des brevets de notre technologie 5G à des entreprises américaines, pour favoriser l’innovation et la compétition dans l’industrie. Cela permettrait aussi d’apaiser certaines inquiétudes du gouvernement américain. Certaines entreprises sont intéressées et sont en discussion avec Huawei »a affirmé à l’AFP, Joy Tan, vice-présidente de Huawei chargée des affaires publiques.

Le PDG quant à lui insiste sur le fait que, le bras de fer entre son entreprise et le pays de Donal Tump révèle purement de la politique. «  Les sanctions américaines relevaient de la politique et non de soupçons fondés. A l’heure actuelle, cela n’a pas affecté le rythme des innovations de Huawei ». L’entreprise propose, en plus, de signer un accord de non « porte dérobée » avec tous les pays du monde. Ren Zhengfei a précisé que Huawei n’était pas dépendante des États-Unis pour les composants de la station de base 5G, le réseau de transmission et le réseau cœur, et ne sera donc pas affectée par les sanctions américaines.

Esther Fossi

 

 

 

 

 

 

Partager