Partager

Le « milliardaire de Bandjoun » est décédé le vendredi 20 mars 2020 à l’âge de 94 ans.

Le monde des affaires est à nouveau en larme. Le patriarche Victor Fotso, l’un des pionniers de l’économie camerounaise a quitté le monde des affaires il y’a quelques jours à Paris à l’âge de 94 ans. Dès l’annonce de sa disparition, plusieurs camerounais lui ont rendu hommage à travers les réseaux sociaux en postant sa photo accompagné d’un message. « Profonde tristesse. Sales temps pour les bâtisseurs et pionniers de notre économie. Un géant s’en est allé. Reste à lui rendre l’hommage qu’il mérite » écrit Mireille Fomekong, Présidente de la commission entrepreneuriat féminin du Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam), par ailleurs directeur général d’Ascèse, une entreprise spécialisée dans le Marketing et la communication.
Victor Fotso en effet est né le 26 juin 1926. Comme tout jeune de son époque, c’est par l’agriculture qu’il va faire ses premiers pas dans la vie active à Bafang. Mais c’est plus tard à Mbalmayo que se produira son déclic pour les affaires en 1956 apprend-on. Dès les années 1970, il va commencer à bâtir le groupe Fotso en commençant par la création de la Société africaine de fabrication des cahiers (Safca). En 1974, Pilcam démarre ses activités. Aujourd’hui, le groupe Fotso compte plusieurs sociétés : Fermencam, Fabassem,Fishco, Proleg,Unalor, Sopicam, Phytocam…A cela s’ajoute la CBC qui voit le jour en 1997.
Victor Fotso est également présenté comme un homme de cœur. Ses « œuvres (écoles, églises, mosquées, foyers culturels) sont visibles ». Il a « construit et rétrocédé à l’Etat la mairie de Bandjoun, un édifice d’une valeur d’environ 4 milliards de FCFA mais aussi l’Institut technologique Fotso Victor de Bandjoun ».
« Ami de Paul Biya »
Sur le plan politique, Victor Fotso était membre du Comité central du Rdpc depuis 1990. Entre Victor Fotso et le Chef de l’État (Paul Biya NDLR), la relation est forte. L’industriel, qui finance le parti au pouvoir, est l’une des seules personnalités dont Biya a accepté une invitation à dîner (en 1999, à son domicile, à Bandjoun). Sept ans plus tôt, Fotso avait dirigé un collectif d’hommes d’affaires qui avait appelé Biya à briguer un nouveau mandat » écrit le Magazine Jeune Afrique dans sa version digitale du 27 août 2019.
Le Chemin de Hiala, livre testament pour les générations futures
En 1994, Fotso Victor a publié un ouvrage autobiographique intitulé « Le Chemin de Hiala » en collaboration avec Jean-Pierre Guyomard. Le livre publié aux éditions de Septembre est le récit de son parcours : de son enfance à Bandjoun (à l’époque, petit village situé dans l’ouest du Cameroun) jusqu’à son succès en tant qu’homme d’affaires. Un livre qui guidera certainement les générations futures. Victor Fotso s’en va ainsi retrouver André Sohaing, Jean Samuel Noutchogouin, Joseph Kadji Defosso et Samuel Kondo.
Hervé Fopa Fogang

Partager