23 C
Yaoundé
16 mai 2021
L’évènement

Cameroun: 310 milliards pour importer le riz et le poisson

Balance commerciale

310 milliards pour importer le riz et le poisson

Ces importations enregistrées en 2016 absorbent l’essentiel des devises générées dans le même temps par la vente du cacao. Les rumeurs sur la dévaluation du FCFA ont freiné le rapatriement des recettes d’exportation.
 
Le Cameroun n’est pas si proche de l’autosuffisance alimentaire. Le pays continue à dépendre en grande partie de l’extérieur pour se nourrir. La preuve, sur une valeur totale de 3 095,5 milliards de FCFA consacrés aux importations au cours de l’année 2016, dont 2 781,3 milliards hors pétrole, une bonne partie a été réservée aux importations des produits alimentaires. Ainsi, selon les chiffres communiqués par le Comité technique national de la balance des paiements qui était réuni en session le 17 novembre dernier à Yaoundé, environ 310 milliards de FCFA ont servi aux importations du riz et des poissons de mer congelés pendant l’année 2016. Dans les détails, pour importer par exemple 614,4 tonnes de riz, un des produits de grande consommation, le Cameroun a dépensé 143,6 milliards de FCFA. Comparativement à l’année 2015, ces importations de riz ont baissé, car elles culminaient à 707,2 tonnes pour 181,1 milliards de FCFA, soit -13,1% en quantités et -20,7% en valeur relative. Pendant ce temps, les importations de poissons de mer congelés prenaient une courbe ascendante. Car en 2016, elles pointent à 166,8 milliards de FCFA pour 237,2 tonnes, alors qu’en 2015, elles étaient à 220,4 tonnes pour 166,4 milliards de FCFA, soit une variation de 7,6% en quantité et 0,2% en valeur relative.
 Le Cameroun n’importe pas que du riz et du poisson pour se nourrir, il y a également les céréales qui sont importés pour par exemple à la fabrication du pain. Pour cela, 1 265,1 tonnes de céréales ont été importées en 2016 pour une valeur de 240,4 milliards de FCFA. Les importations de ce produit ont néanmoins baissé en comparaison à l’année 2015 où elles étaient de 1 339,3 tonnes pour 287,4 milliards de FCFA, soit une variation de -5,5% en quantités et 16,4% en valeur relative. Dans l’ensemble, pour ce qui est de la rubrique des produits alimentaires, le Cameroun a importé pour une valeur 193 milliards de FCFA, 255,6 tonnes pour les animaux et produits du règne animal et 1 408,3 tonnes de produits du règne végétal pour une valeur de 292,9 milliards de FCFA. Dans l’ensemble, les importations du Cameroun en 2016 baissent de 13,4% par rapport à l’année 2015. Hors pétrole et produits pétroliers, elles baissent de 8,6%. Cette évolution, renseigne-t-on, s’explique par la diminution des achats des hydrocarbures (-31,2%), des céréales (-16,4%), des véhicules automobiles et tracteurs (-11,1%). Cependant, on note une hausse des achats des machines et appareils électroniques ou mécaniques (+8%). Dans le même ordre d’idées, les importations du clinker subissent également une hausse de 29,4%, en liaison avec l’activité dans les cimenteries, précise-t-on. Par contre, les experts du Comité technique national de la balance des paiements notent une dynamique négative au niveau des importations du sucre qui augmentent de 25,3% en 2016, après la baisse de 18,7% enregistrée un an plus tôt.
Pour ce qui est des exportations, en 2016, elles baissent de 18,4% par rapport à 2015 et se chiffrent à 1 959,7 milliards de FCFA. Hors pétrole et produits pétroliers, elles diminuent de 10,7%, ce du fait de la baisse des ventes de cacao brut en fèves (-12,6%), du bois en grumes (-12,9%), des carburants et lubrifiants (-30,8%), de l’aluminium brut (-15%) et du coton brut (-11,1%). En revanche, les exportations de certains autres produits ont crû en 2016, c’est notamment le cas des ventes de bois sciés (+3,1%), des bananes fraîches (+4%), de la pâte de cacao (+13,2%), des feuilles de placage en bois (+12,9%) et de beurre de cacao (+6,7%).
 Mais en général, le solde global de la balance des paiements du Cameroun en 2016 enregistre un déficit de 824,5 milliards, après un excédent de 483 milliards en 2015. Ce déficit s’explique par le faible rapatriement des recettes d’exportation induit par les incertitudes sur l’ajustement de la parité monétaire du franc CFA avec l’euro.
Blaise Nnang

Articles similaires

Coopération : Ce que le Cameroun investit dans l’achat des armes chinoises

Hervé Fopa

Ressources naturelles : Ruée des multinationales vers 300 sites miniers au Cameroun

Hervé Fopa

Cemac : La BEAC va supprimer le taux de pénalité applicable aux banques dès janvier 2020

Hervé Fopa
error: Content is protected !!