Accueil Non classé Fonctionnement : La BAD augmente son capital pour accélérer le développement...

Fonctionnement : La BAD augmente son capital pour accélérer le développement des grands travaux

19
0
Partager

C’est l’une des retombées de la cinquième session extraordinaire du conseil des gouverneurs  de la Banque africaine de développement, tenue à Abidjan le 31 octobre 2019. Portée à 208 milliards de dollars, la cagnotte va aider à « accélérer » les agendas 2030 et 2063.

Il a fallu du temps. Après deux années de pourparlers pour doubler la capacité financière de la BAD, le résultat est enfin là. En effet, les 80 pays membres de l’institution réunis pour la cinquième session extraordinaire du conseil des gouverneurs, ont approuvé le 31 octobre 2019 l’augmentation de 125% du capital général de la BAD. Toutefois, il est passé de 93 milliards de dollars à 208 milliards de dollars. Un argent qui  servirait à financer les objectifs de développement du continent.

Pour Akinwumi Adesina, président de la BAD, « Nous n’avons que 10 ans avant l’échéance des ODD [Objectifs de développement durable en 2030, ndlr]. Nous ne pouvons pas accepter que l’Afrique n’atteigne pas ses objectifs ». C’est d’ailleurs cette urgence qui justifie  le timing de la septième opération d’augmentation du capital de la BAD. Ainsi, passant de 93 milliards de dollars à 208 milliards de dollars, le capital de l’institution augmente de 115 milliards de dollars. La plus importante augmentation de capital de toute l’histoire de la BAD.

« C’est un moment historique pour une décision historique. […] L’augmentation générale du capital se répercutera dans le monde entier. Cela nous aidera à faire un grand pas en avant pour l’Afrique », a ajouté Akinwumi Adesina.

Des fonds pour des  grands projets

C’est à partir de 2020 que les 115 milliards de dollars supplémentaires seront déployés, selon les précisions de Bajabulile Swazi Tshabalala, vice-présidente pour la Finance et directeur des finances de la BAD. Toutefois, la Banque a déjà identifié des projets clés qui bénéficieront de ses nouveaux fonds propres, notamment l’Initiative Desert to Power. En effet, elle est promise pour être la plus grande zone solaire au monde, et devrait  permettre à 250 millions de personnes dans le Sahel d’accéder à l’énergie.

De même, tous les grands projets, notamment infra structuraux et agro-industriels qui permettront également une implémentation facilitée et efficace de la  zone de libre-échange continental africaine (Zlecaf), sont une priorité. Dans ce registre la BAD s’engage également à « aider les pays à créer des zones spéciales de transformation agro-industrielle qui transforment et ajoutent de la valeur aux produits agricoles ».

Augmentation… deux ans plus tard

La décision arrive au bout de deux ans de négociations. L’objectif de départ était de doubler la capacité financière de la BAD afin qu’elle puisse davantage appuyer le développement des économies africaines. A Abidjan, les 80 pays membres de l’institution se sont retrouvés pour trancher. Pour sa participation, le Canada a apporté 1,1 milliard de dollar supplémentaire, tandis que la Suède en a misé 500 millions de dollars supplémentaires.

Julie Bilo’o Lindjeck

 

 

Partager