Accueil Economie Gouvernance : La situation des populations autochtones de la réserve du Dja...

Gouvernance : La situation des populations autochtones de la réserve du Dja préoccupe le gouvernement

33
0
Partager

Un mémorandum d’entente a été signé le 5 novembre 2019 à Yaoundé entre le ministère de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire et le ministère des affaires sociales pour leur accompagnement socio-économique.

Alamine Ousmane Mey, ministre de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire et Pauline Irène Nguene, ministre des Affaires sociales viennent de signer à Yaoundé un mémorandum d’entente. Il est relatif à : l’accompagnement social et économique des populations autochtones vulnérables, des populations socialement vulnérables, la gestion des impacts sociaux des activités du Programme d’aménagement et de développement intégré de la boucle minière du Dja et de la zone frontalière adjacente (Padi-Dja).

Suivant Alamine Ousmane Mey, la mise en œuvre de  nombreux projets initiés dans les régions de l’Est et du Sud du Cameroun va inéluctablement affecter la vie sociale des populations et entrainer d’importants changements sociaux et des bouleversements de l’écosystème de la zone. Ainsi la zone d’intervention du PADI-Dja est un vaste espace à écologie sensible et fragile dans lequel sont implantés plusieurs parcs et réserves classés parmi les plus importants du Cameroun. On y retrouve également des populations autochtones vulnérables en l’occurrence les pygmées BAKA et les populations socialement vulnérables à l’instar des femmes et des jeunes.

La mise en œuvre du mémorandum d’entente entre le ministère de l’Economie et le ministère des affaires sociales  permettra d’améliorer la qualité de vie des populations de la réserve du Dja à travers un processus d’accompagnement social et économique qui se déploie à travers cinq grands types de mesures à savoir : la facilitation de l’accès aux services sociaux de base ( école, centre de santé, eau potable, électricité), l’amélioration du cadre et des conditions de vie par l’accroissement des revenus grâce aux activités génératrices de revenus, aux actions de développement, les mesures spéciales de protection des populations autochtones vulnérables, les mesures juridiques ou institutionnelles favorables en vue de garantir l’équilibre dans le vécu quotidien des populations…

Hervé Fopa Fogang

Partager