Accueil Finances Initiative : Afriland First Bank dispense un cours de normalisation aux PME

Initiative : Afriland First Bank dispense un cours de normalisation aux PME

40
0
Partager

Les producteurs et distributeurs de différents secteurs ont participé à cette plateforme de dialogue, hier 18 février 2019 à Yaoundé dont le but est de générer des opportunités d’affaires et d’accéder à des informations pour améliorer la profitabilité et la pérennité de leur business.

Elles étaient près d’une centaine de PMI-PME à avoir pris part à la 2e édition du Business Networking forum. Dénommé « mercredi de la PME », le Business Networking est un service développé par la banque commerciale Afriland First bank . Il s’agit ici d’une plateforme  privilégiée de de développement des relations  d’affaires et de partage d’informations à l’occasion d’un événement de réseautage et d’échange. Ce concept qui s’inscrit dans le cadre de la politique de promotion de l’entreprise et de l’entrepreneur au Cameroun, vient répondre à un besoin  explicitement  exprimé par les acteurs des PME afin de leur permettre de développer leur activité.

Dans le cadre de ce forum les échanges se sont articulés autour du thème « de l’usine à l’usine au marché ». Ce qui cadre dans la question de la norme qui est un facteur de production. C’est dans cette logique que l’expert de l’économie et des finances sous la casquette de modérateur du panel Jean Claude Ebe Evina à édifié les chefs d’entreprises. Pour ce dernier, « aujourd’hui la norme s’impose. Il faut donc que les PME, les entreprises d’une manière générale s’accommodent avec tout ce qui concerne les formalités administratives. Aujourd’hui et depuis quelques temps la normalisation des activités est devenu une obligation ».

C’est d’ailleurs dans cette lancée que le responsable de l’Agence des normes et de la qualité (ANOR) l’a présenté aux différentes PMI et PME. « Pour ce qui est de contrôle de qualité, il donne lieu à un  certificat de conformité.  Et de  qui est de la  production locale, il est délivré un certificat de conformité  d’une validité de 3 ans. Et pour les produits importés, l’évaluation de la conformité se fait dans le pays d’origine du produit, donc de départ, et non plus à l’arrivée comme il était jusqu’en 2016», a indiqué Mbamba, responsable de l’ANOR Cependant, c’est sur la base d’une attestation de conformité établi par un organisme qui opère sous le contrôle de l’ANOR, que l’ANOR décerne à son tour le certificat de conformité.

Aux questions de l’élaboration, de la mise en œuvre et de l’évaluation  des stratégies  de promotion des produits camerounais, et du suivi de conservation et de distribution des produits de grande consommation, le ministère du Commerce a donné sa mise en pratique de la norme.  Celle de l’usine au marché. Elle consiste tout simplement à la vérification du produit sur le marché.

Du coté des industriels, la question de la norme restent encore sensibles. Mais pour  avoir un produit de qualité nul n’échappe à la normalisation. « Tout ce qui est production des produits je l’ai concédé à la normalisation. Il y a des espace pour la production, la distribution, même comme il y a un problème sur la délivrance des attestations et des autorisations, toutefois il ne faut pas se lasser d’aller vendre soi-même » a informé Joël Sinkam, à la direction de First transact international services compagny (Fisco), qui est déjà lauréat du prix Top new seller, décernée par la plateforme d’e-commerce Jumia, l’amazon africain en 2012. Fisco SARL a réussi le pari de faire connaitre et accepter par les consommateurs camerounais.

Josiane J. Ondomboe

Partager