Partager

Baptisée Nowcasting, elle a été développée par une équipe de 100 scientifiques africains et britanniques.

Il est désormais possible de prévenir les catastrophes en Afrique subsaharienne. Ceci grâce à une technologie appelé Nowcasting. Suivant le site Scidev.net, elle donne l’alerte sur l’imminence d’une catastrophe majeure, donnant ainsi le temps aux populations menacées de protéger leurs biens et de se mettre à l’abri. « L’essence de Nowcasting est de dire à l’utilisateur qu’il y a un danger près de lui et de lui parler du comportement de ce danger. Et l’utilisateur a quelques heures ou minutes pour se protéger » explique Doug Parker sur Scidev.net. Il est professeur de météorologie à l’université de Leeds au Royaume-Uni et l’un des principaux responsables du programme.

Cette technologie apprend-on  a été développée par une équipe de plus de 100 scientifiques africains et britanniques dans le cadre du programme African Swift (African Science for Weather Information and Forecasting Techniques) qui vise à créer l’infrastructure nécessaire à l’amélioration des prévisions météorologiques sur le continent. S’exprimant sur Scidev.net, Simplice Tchinda Tazo, directeur de la météorologie nationale  au ministère des Transports souligne que cet outil en rendant les alertes précoces pourra réduire significativement la vulnérabilité du continent.
« Plusieurs services météorologiques en Afrique ne disposent pas d’outils performants pour produire des alertes précoces. La formation des professionnels de la météorologie à l’utilisation de cet outil est également un enjeux à ne pas négliger » poursuit Simplice Tchinda Tazo.

Bien que Nowcasting soit déjà connue ailleurs dans le monde, par exemple aux Etats-Unis, « elle est inédite en Afrique subsaharienne, à l’exclusion de l’Afrique du Sud. Elle se sert d’un outil développé par le Nwcsaf Group européen pour l’utilisation optimale des données de satellites météorologiques ».

Hervé Fopa Fogang

 

Partager