Accueil Les décideurs Interview/Christophe Lecourtier : “Nous attendons plus de 500 entreprises africaines qui ont...

Interview/Christophe Lecourtier : “Nous attendons plus de 500 entreprises africaines qui ont déjà été sélectionnées par nos bureaux en Afrique”

81
0
Partager

Le Directeur Général de Business France parle de la préparation de la deuxième édition du forum Ambition Africa.

Pourquoi avoir décidé de mettre sur pieds un événement économique entre la France et l’Afrique, alors qu’il existe toute une série d’événements focalisés sur l’investissement entre la France et l’Afrique ?

Nous sommes l’opérateur de l’Etat en matière de commerce et développement international des entreprises et le président Macron a exprimé à Ouagadougou il y a quelques mois une ambition à la fois nouvelle, mais surtout assez précise en invitant les entreprises françaises à être davantage des acteurs d’un co-développement, de construction de joint-venture en Afrique. Cet événement s’inscrit donc dans le cadre de cette ambition présidentielle ; de ce fait, nous avons souhaité donner corps en créant la plus grande plate-forme de rencontres entre les entrepreneurs africains et français, un rendez-vous annuel où plus de mille entreprises des deux continents essaient de répondre aux  projets possibles pour aller de l’avant et répondre aux besoins qui sont ceux des pays, des marchés et des communautés africains.

Plusieurs ministres africains et français seront présents, ainsi que des financeurs (privés comme la Société Générale ou du capital risque, France Invest qui rassemble les acteurs du Private Equity en France) mais aussi des acteurs traditionnels engagés en Afrique, tels que Proparco et BPI France.

Quelles sont les principales articulations et innovations de cette nouvelle édition ?

Depuis six mois nos équipes identifient les entreprises qui sont en recherche de partenariats, qui se développent et qui sont intéressées à pouvoir rencontrer des entreprises françaises. Nous procédons à une grande sélectivité des cinq cent grandes entreprises qui prendront part à cet événement. Nous avons souhaité ajouter la dimension financière cette année, car l’on sait très bien que des entrepreneurs peuvent avoir des idées, sans avoir de ressources financières pour les mener à bien. En somme, il est essentiel de pouvoir trouver des leviers financiers pour mener à bien ces projets d’entreprise. France Invest est capable de mobiliser des sommes énormes de l’ordre de quinze milliards d’euros, comme l’année dernière.

Ambition politique, plateforme de rencontres et outils financiers mis au service de ceux qui auront mis ensemble des projets, tout ceci pour passer d’une belle ambition à une réalité. Ce qui signifie plus de  partenariats, plus d’emplois créés en Afrique, plus de technologie transférée et plus de liens dynamiques créateurs de valeurs entre la jeunesse africaine et la France.

Quelles sont les retombées de première édition du forum Ambition Africa ?

La première édition a donné lieu à plus de mille rencontres B to B entre les entreprises africaines et françaises, plusieurs projets sont en gestation. Cette édition 2019 permettra de concrétiser beaucoup de projets qui ont été élaborés l’année dernière. Nous sommes dans une période où l’économie mondiale ralentit un peu et il est évident qu’il y a un intérêt de principe d’aller chercher des relais de croissance dans un continent qui continue à faire la course en tête en termes de croissance démographique et économique.

Aujourd’hui la France ne se contente pas uniquement de développer ses liens d’affaires avec les pays francophones, elle se déploie également dans la partie anglophone du continent (Ghana, Nigéria, Kenya, Ouganda…). Qu’est-ce qui motive cette nouvelle stratégie ?

Il y a une facilité à faire du business avec l’Afrique francophone en général, mais il ne s’agit en rien de renier cette relation qui existe avec les francophones. Cependant, les solutions que nous proposons dans la partie francophone s’appliquent aussi dans la zone ouest anglophone. Cela peut s’avérer un peu compliqué parfois parce que les relations, les réseaux, la connaissance mutuelle est moins grande, mais nous considérons l’Afrique à la fois dans son unité et dans sa diversité.

Ambition Africa : est-ce une réponse au déploiement chinois sur le continent ?

C’est d’abord une ambition française comme l’a dit le président de la République, qui comprend les aspirations des gens qui se trouvent sur le continent. Il s’agit d’une des traductions concrètes de l’ambition de la France, de créer des conditions de développement mutuel. Notre rôle d’opérateur est d’organiser des événements qui concrétisent l’ambition de la France telle qu’exprimée par le chef de l’Etat et nous pensons que cette plateforme est une bonne illustration parmi d’autres (le Sommet Afrique France de juin 2020).

Propos recueillis par Cyrille Djami, à Paris

 

 

Partager